publicité

20.000 tonnes de nickel : les ambitions calédoniennes de Glencore pour KNS et l’usine du Nord

Glencore et son partenaire calédonien la SMSP devraient produire 20.630 tonnes de nickel en 2017 en Nouvelle-Calédonie, soit près de 30% de plus qu'en 2016. Les deux actionnaires de Koniambo Nickel se disent "confiants" dans la rentabilité à long terme de l’usine du Nord.

Usine Koniambo nickel (KNS-Glencore-SMSP) en Nouvelle-Calédonie © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Usine Koniambo nickel (KNS-Glencore-SMSP) en Nouvelle-Calédonie
  • Par Alain Jeannin (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
« 2016 a été une année décisive mais nous sommes désormais plus confiants dans la rentabilité à long terme de l'usine et dans sa capacité à réussir face à la concurrence », a déclaré à la presse Marc Boissonneault.


Koniambo Nickel

Exploitant l'un des plus beaux gisements miniers au monde, au nord de la Nouvelle-Calédonie, Koniambo Nickel a supprimé 140 emplois en 2016 et a été contraint d'engager la reconstruction de ses deux fours, en raison de problèmes de conception, alors que l'unité était en phase de montée en puissance. "Nous fonctionnons pour le moment sur une seule ligne. La reconstruction du second four, pour 60 millions de dollars, est en cours. On va le remettre en production à la fin de l'année", a également indiqué le dirigeant de KNS, tablant "sur une montée en production en 2018 le plus vite possible".

Montée en puissance

En 2017, le géant anglo-suisse Glencore entend produire 20.630 tonnes contre 16.000 en 2016. Alors que les cours du nickel évoluent ces derniers jours autour de 9.500 dollars la tonne, M. Boissonneault a indiqué que les coûts de production de Koniambo Nickel étaient encore "trop hauts". "Notre objectif est d'atteindre un coût de production de 4 dollars la livre fin 2018. Les conditions de marché vont rester très difficiles", a-t-il indiqué.
Les cours du nickel qui avaient dépassé le seuil des 11.000 dollars, ont rechuté en raison des tensions géostratégiques récentes en Corée, de mauvaises prévisions sur la consommation d'acier en Chine auxquelles s'ajoute la concurrence des exportations de minerais de nickel par l'Indonésie et les Philippines.

Un accord "51-49"

Le complexe industriel de l'usine du Nord est co-détenu par Glencore à 49% et par la SMSP calédonienne à 51%. La société minière du Sud Pacifique est gérée par les indépendantistes de la Province Nord. Koniambo Nickel emploie directement 818 personnes. Le recrutement de 100 collaborateurs d'ici 2018 a été annoncé. 

Sur le même thème

  • nickel

    Metal Bulletin à Londres : Vale veut une solution pour son nickel calédonien

    Le mineur brésilien Vale est à la recherche d'un partenaire pour ses opérations minières et métallurgiques dans le nickel en Nouvelle-Calédonie (VNC). L'usine calédonienne du Sud et son domaine minier attirent des candidats précise la multinationale, interrogée par le Metal Bulletin de Londres.
    20 Octobre
  • nickel

    Vale cherche un partenaire pour son usine calédonienne de nickel

    Le groupe minier brésilien Vale et Gem Co, un industriel chinois du recyclage des métaux, sont en négociation pour l’usine de nickel calédonienne du Sud. La banque Scotia de Toronto sert d’intermédiaire. Vale espère que d’autres industriels chinois seront intéressés. 

  • nickel

    A Londres, c'est l’été indien pour le nickel calédonien

    23°au soleil, une température estivale pour un mois d'octobre ensoleillé à la City de Londres. Et les cours du nickel grimpent encouragés par une demande asiatique spectaculaire qui profite à la Nouvelle-Calédonie. 2000 lots ont trouvé preneur à un cours qui frôle les 12.000 dollars la tonne. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play