publicité

Aimé Césaire, cinq ans déjà…

Le 17 avril 2008, Aimé Césaire décédait à Fort-de-France à l’âge de 94 ans. L'année 2013 marque également le centième anniversaire de sa naissance. Itinéraire du père du mouvement de la négritude, et rappel des grandes dates qui ont marqué sa vie.

Durant les obsèques d'Aimé Césaire à Fort-de-France, le 17 avril 2008 © franck fife / afp
© franck fife / afp Durant les obsèques d'Aimé Césaire à Fort-de-France, le 17 avril 2008
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
- 25 juin 1913 : naissance à Basse-Pointe (Martinique). Ce fils d’un inspecteur des impôts est très tôt encouragé à étudier par ses maîtres
- 1931 : arrive à Paris comme boursier du gouvernement où il va rencontrer Léopold Sédar Senghor, le futur président du Sénégal
- 1934 : fonde, avec d’autres étudiants des Antilles, de Guyane et d’Afrique, le journal "L’Etudiant noir"
- 1935 : réussit le concours d’entrée à Normale Sup

VIDEO. Aimé Césaire parle de sa conception de la négritude et de la société martiniquaise (1994)

"La négritude est un concept qui souligne une fidélité et un devoir de mémoire. Combien d’Antillais ai-je connus en France quand je suis arrivé qui avaient honte de se dire Antillais, Martiniquais ou Guadeloupéens, combien d’entre eux avaient encore honte de l’Afrique… Cet aspect de l’héritage, parce que négligé, avili et déprécié, c’est celui-là que j’ai revendiqué. Il fallait rétablir une vérité historique." 
Césaire, doc INA (1994)


 

- 1937 : mariage avec une étudiante martiniquaise, Suzanne Roussi
- 1939 : retour en Martinique où il enseigne au lycée de Fort-de-France jusqu’en 1945. Parution remarquée du recueil poétique "Cahier d’un retour au pays natal" dans la revue Volontés, qu’André Breton préfacera en 1943
- 1945 : élu maire de Fort-de-France (jusqu’en 2001)
- 1945 : élu député avec le soutien du Parti communiste. Il le restera, sous des étiquettes différentes, jusqu’en 1993.
- 1946 : Rapporteur de la loi sur la départementalisation de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion. La loi est votée à l'unanimité le 19 mars. 
 
Photo non datée de Césaire à Paris © AFP
© AFP Photo non datée de Césaire à Paris

- 1948 : parution de l’"Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache", préfacée par Jean-Paul Sartre, qui consacre les idées de Césaire et de ses amis sur la négritude
- 1955 : publication du "Discours sur le colonialisme" aux éditions Présence Africaine
- 1956 : quitte le Parti communiste. Conseiller général du 4e canton de Fort-de-France (jusqu’en 1970)
- 1957 : crée le Parti progressiste martiniquais (PPM)
- 1958 : accorde un "oui" réticent à de Gaulle au référendum sur la nouvelle Constitution

Le député communiste de la Martinique Aimé Césaire s'exprime à la tribune le 6 juin 1947 au Vélodrome d'hiver à Paris lors du meeting organisé par les députés de l'Union française © AFP
© AFP Le député communiste de la Martinique Aimé Césaire s'exprime à la tribune le 6 juin 1947 au Vélodrome d'hiver à Paris lors du meeting organisé par les députés de l'Union française

- 1963 : publication de "La Tragédie du roi Christophe", aux éditions Présence Africaine à Paris. (La pièce entrera au répertoire de la Comédie française en 1991)
- 1976 : parution de ses oeuvres complètes chez l’éditeur martiniquais Desormeaux
- 1981 : franc soutien à François Mitterrand à la présidentielle (soutien renouvelé en 1988)
- 1982 : lauréat du Grand prix national de la poésie
- 1983 : président du Conseil régional de la Martinique (jusqu’en 1986)
- 2005 : refuse de recevoir Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, en raison de la colère suscitée par l’article de loi reconnaissant "les aspects positifs" de la colonisation
- 2006 : rencontre finalement M. Sarkozy en Martinique. Par ailleurs, son nom est donné à l’aéroport de Fort-de-France
- 2007 : soutient Ségolène Royal à la présidentielle
- 17 avril 2008 : meurt au CHU de Fort-de-France où il était hospitalisé depuis le 9 avril pour des troubles respiratoires et cardiologiques

Extrait du manuscrit original du Cahier d’un retour au pays natal © assemblée nationale
© assemblée nationale Extrait du manuscrit original du Cahier d’un retour au pays natal

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play