publicité

11 novembre: Des poilus d'outre-mer

Saint-Just Borical, Léon Nubul ou encore le chef Amaan de Touhou, ces trois hommes sont morts au combat lors de la première guerre mondiale. Ces poilus venaient de Guyane, de la Martinique et de la Nouvelle-Calédonie. Près de 3000 hommes d'outre-mer ont péri pendant la guerre de 14-18.

Dessin de Saint-Just Borical fait par un élève de CM2 de Cayenne
Dessin de Saint-Just Borical fait par un élève de CM2 de Cayenne
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
De la Martinique à La Réunion, en passant par la Polynésie ou la Nouvelle-calédonie, plusieurs milliers d'hommes se sont engagé pour participer à la guerre de 14-18. En Guyane, cette lointaine histoire a pris un relief particulier avec la découverte en avril 2011 à dans la Meuse du corps du soldat guyanais Saint Just Borical par deux touristes hollandais. Plusieurs écoles du département ont tenu à rendre hommage à ce poilu mort à l'âge de 30 ans du côté de Verdun. 

Les poilus antillais

Aux Antilles, près de 20 000 hommes se sont engagés pour aller combattre dans le froid des tranchées de l'est de la France. Parmi eux, il y a Léon Nubul, mort loin du Vauclin à 23 ans. Dans son roman "le Bataillon créole" (lire l'article de La1ere.fr), Raphaël Confiant raconte les raisons qui ont poussé ces hommes à s'engager aussi loin de leurs racines. A Saint-Pierre et Miquelon, 594 hommes ont quitté l'archipel pour soutenir l'effort de guerre.

Le jardinier de Cilaos

A La Réunion, grâce à des témoignages, des recherches généalogiques, on arrive à connaître le parcours de certains poilus. Ainsi, Joseph-Ignace Rivière de Cilaos s'est engagé à 21 ans pour aller combattre en métropole. Jardinier à Cilaos, il a vécu jusqu'à l'âge de 97 ans. Il aura eu 11 enfants et même pris dans les bras un certain Raymond Barre ! Au total, environ 7000 réunionnais ont participé à la première guerre mondiale. 

Le Bataillon du Pacifique

La Polynésie et la Nouvelle-Calédonie ont aussi envoyé des hommes pour aider la mère patrie. L'exposition "Kanak : l'art est une parole" au musée du Quai Branly rend hommage à l'un d'entre eux, le chef Amaan de Touho. Farouche opposant à l'ordre colonial, déporté à Wallis puis à Ouvéa, il se voit obligé de s'engager en 1916 dans le bataillon du Pacifique. Il meurt au front en avril 1917. En Polynésie, plus d'un millier d'hommes s'est engagé dans la bataille et 250 y ont trouvé la mort.
Regardez ce documentaire vidéo ci-joint qui raconte l'histoire des poilus de la Polynésie française. 

Histoire des Poilus de la Polynésie française
Histoire des Poilus de la Polynésie


L'outre-mer et la première guerre mondiale
                                              
                                                   Nombre d'incorporés                     Morts et disparus

  • Réunion                            6 936                                    593
  • Guyane                             1 959
  • Martinique                    11 615                                   2163
  • Guadeloupe                    9 151
  • SPM                                     594                           

Source : Albert Sarraut  "La mise en valeur des colonies françaises" Payot Paris 1923 : Tableau officiel des recrutements de 1914 à 1918

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play