publicité

Un mois avec sursis et 150 euros d'amende pour la Martiniquaise voilée de Trappes

Cassandra Belin, jeune Martiniquaise qui porte le niqab, a été condamnée à un mois de prison avec sursis et 150 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Versailles mercredi. Un contrôle d'identité musclé en juillet 2013 avait provoqué trois nuits d'émeutes à Trappes, la ville où elle réside.

Deux femmes patientent devant la salle d'audience du palais de justice de Versailles le 22 juillet dernier, lors de la comparution plusieurs jeunes dans le cadre des émeutes de Trappes. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP Deux femmes patientent devant la salle d'audience du palais de justice de Versailles le 22 juillet dernier, lors de la comparution plusieurs jeunes dans le cadre des émeutes de Trappes.
  • Léia Santacroce avec l'AFP
  • Publié le
Un mois de prison avec sursis et 150 euros d'amende, c'est le jugement rendu mercredi par le tribunal correctionnel de Versailles à l'encontre de Cassandra Belin. Cette jeune femme de 20 ans, originaire de Martinique, se convertit à l'Islam à l'adolescence. Elle porte le voile intégral. Le 18 juillet dernier à Trappes, la ville où elle réside, un contrôle d'identité par des policiers avait viré à l'affrontement. Trois nuits de violence s'en étaient suivi. 

Rejet de la QPC contre la loi sur le voile

Cassandra Belin est aujourd'hui reconnue coupable d'avoir insulté et menacé des policiers, et d'avoir porté une tenue dissimulant le visage dans l'espace public. Or le port du voile intégral dans l'espace public est interdit en France depuis la loi du 11 octobre 2010. L'avocat de la jeune Martiniquaise avait d'ailleurs déposé une question prioritaire de constitutionnalité contre cette loi. Sa QPC a été rejetée aujourd'hui par le tribunal. Un jugement dont les motivations ne sont pas encore connues.

Absence de Cassandra Belin à son procès

La présidente du tribunal correctionnel, Florence Perret, a déploré dans son délibéré l'absence de Cassandra Belin à son procès, regrettant qu'"une discussion ne se soit pas engagée". Si elle avait été présente, elle aurait pu accepter un "stage de citoyenneté (...) plus à même de rappeler les valeurs de la société" qu'une amende, selon la présidente.

Voir le dossier de La1ère sur les Antillais convertis à l'Islam.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play