publicité

Des Antillais portent plainte pour injures raciales contre un élu FN de Villers-Cotterêts

  • Par Léia Santacroce
  • Publié le , mis à jour le

Trois Antillais ont porté plainte pour injures raciales, ce dimanche, contre un élu FN de Villers-Cotterêts, l'une des 11 mairies dirigées par le Front national.

La gare SNCF de Villers-Cotterêts, Aisne. © Wikipédia
© Wikipédia La gare SNCF de Villers-Cotterêts, Aisne.
Trois Antillais ont porté plainte pour injures raciales, dimanche 28 septembre, contre un élu du Front national à Villers-Cotterêts (Aisne). Cette ville, qui a vu naître Alexandre Dumas, fait partie des 11 communes dirigées par le FN. Pour rappel, le maire de Villers-Cotterêts avait refusé de commémorer l’abolition de l’esclavage en mai dernier.
 
Tout est parti d’une voiture mal garée vendredi soir, à la gare de Villers. Albert, originaire du Lamentin en Martinique, attend sa femme à la descente du train. "Je me suis mis un peu comme je pouvais, mais je ne gênais pas la circulation", affirme-t-il. C’est là qu’intervient Robert Hiraux, neuvième adjoint au maire en charge du Logement, encarté au Front national.
 

"Vous n’êtes pas dans votre cambrousse"

"Il a tapé sur la vitre de ma voiture, secoué mon rétroviseur et m’a dit : "Dégagez de là, vous n’êtes pas dans votre cambrousse", relate le Martiniquais, joint par la1ere.fr. Le ton monte, d’autres automobilistes s'en mêlent, des invectives fusent de part et d’autre.

"Pour moi, "cambrousse", ça renvoie à des singes dans la forêt…  Des propos racistes, depuis que je suis en métropole, ça ne m’était jamais arrivé", raconte Albert. Une voisine, son épouse et lui, tous trois originaires des Antilles, décident d’aller porter plainte, choqués par les propos de l’adjoint au maire. Ils ont le sentiment que Robert Hiraux multiplie les remarques déplacées à l’encontre des Arabes et des Antillais de Villers-Cotterêts.
 

"C'était pour lui dire qu'il était en ville, pas à la campagne"

L’élu frontiste, joint par la1ere.fr, envisage de porter plainte pour diffamation. "Vous êtes en ville, pas dans une forêt, pas dans la cambrousse", voilà ce que j’ai dit à cet automobiliste, se défend Robert Hiraux. C’était pour lui signifier qu’il n’était pas sur un petit chemin de terre à la campagne et qu’il ne pouvait pas stationner comme ça." ​Quant à ses remarques supposées sur les Noirs, il se veut très clair : "Je n'ai jamais tenu de propos infamants sur les Noirs et les Arabes, je ne suis pas idiot !"
Que dit le dictionnaire ?

"Campagne", telle est la définition que Le Petit Robert donne effectivement du mot "cambrousse", signalé toutefois comme "familier et péjoratif".

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play