publicité

Glob' îles #1 : Le Prêcheur en Martinique, une commune victime de l’érosion

  • Par Cécile Baquey
  • Publié le 22/09/2015 | 16:06, mis à jour le 28/09/2015 | 12:25

La1ère entame sa série de reportages hebdomadaires avant la Conférence climat, la COP21 qui aura lieu à Paris à partir de 30 novembre. Premier volet : la commune du Prêcheur en Martinique, un exemple d’érosion massive. Le globe, notre mascotte est parti sur place… Reportage

Molière Moutty, président du quartier Anse Belleville au Prêcheur © CB
© CB Molière Moutty, président du quartier Anse Belleville au Prêcheur
Coincé entre la montagne Pelée et la mer, Le Prêcheur situé au nord-ouest de la Martinique a de plus en plus les pieds dans l’eau. Depuis 50 ans, le territoire de la commune est sérieusement grignoté. Les périodes cycloniques ont accéléré le processus. Glob'îles, notre nouvelle rubrique hebdomadaire diffusée sur France Ô le mardi dans le journal de 18h30 s'est intéressée à la situation du Prêcheur. Vous le verrez, tous nos reportages commenceront avec le même globe qui a pas mal voyagé. Reportage :
COP21 Erosion des cotes Martinique

Journaliste : Cécile Baquey
JRI : Stéphane Petit-Frère
Montage : Yasmina Kherfi
Mixage : Sylvain François
 

Erosion et réchauffement climatique

Le Prêcheur est une commune située à 41 km au nord de Fort-de-France. Après Le Prêcheur, il n’y a plus de route. Depuis 50 ans, cette petite commune qui vit de la pêche et de l'agriculture n’a pas cessé de voir son territoire s’amenuiser au fil des années. Ses 12 km de façade maritime ont été sérieusement grignoté. L’anse Belleville et la plage de la Charmeuse ont reculé de manière spectaculaire de plusieurs centaines de mètres.
Plusieurs facteurs expliquent cette érosion de la côte notamment le réchauffement climatique comme l'explique Pascal Saffache, professeur à l’Université des Antilles.
Pascal Saffache, professeur à l'Université des Antilles
 

Eruption de la montagne Pelée et Cyclones 

La situation géographique du Prêcheur n’est pas favorable. La commune a tendance à s’enfoncer. Par ailleurs, des témoignages sur place nous ont expliqué que beaucoup de maisons ont été construites sur des terrains gagnés à la suite de l’éruption de la montagne Pelée en 1902. Ensuite, des cyclones comme Lenny en 1999 ont fortement accéléré le phénomène d’érosion. A cela s’ajoute le réchauffement climatique. La hausse du niveau des mers se monte à 2 mm / an aux Antilles.

Relocalisation

Face à cette situation, la commune du Prêcheur tente de se battre avec ses petits moyens. Des murs de protection et des enrochements ont été construits (voir photos dans le diaporama ci-dessous). Malheureusement comme l’explique la géographe Yvonne Battiau dans un article de La1ère, ces ouvrages déplacent le problème, ne le résolvent pas, voir au pire l’aggravent. La commune envisage donc la relocalisation, mais dans une démarche participative. Un lotissement, la Solidarité, a déjà été construit pour reloger provisoirement les habitants dont les maisons avaient été détruites par la houle ou qui étaient directement menacées par la mer. 

 

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play