publicité

Dix fois plus d'enfants et d'ados obèses qu'il y a 40 ans

Il y a dix fois plus d'enfants et d'adolescents obèses dans le monde aujourd'hui quand 1975, selon une étude publiée ce mercredi 11 octobre. La Polynésie est particulièrement touchée.

Il y a dix fois plus d'enfants et d'adolescents obèses dans le monde aujourd'hui quand 1975. © Zhang tao / Imaginechina
© Zhang tao / Imaginechina Il y a dix fois plus d'enfants et d'adolescents obèses dans le monde aujourd'hui quand 1975.
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Le nombre d'enfants et d'adolescents obèses dans le monde a été multiplié par plus de dix depuis 1975, mais ceux en insuffisance pondérale restent encore plus nombreux, selon une étude publiée mercredi, qui appelle à lutter de front contre ces "deux fléaux" de la malnutrition.
 
Si les tendances observées ces dernières années se poursuivent, l'obésité juvénile surpassera l'insuffisance pondérale d'ici 2022, prédisent toutefois les auteurs de cette étude, publiée dans la revue médicale britannique The Lancet.
 

La Polynésie très touchée

En 2016, 124 millions de jeunes de 5 à 19 ans étaient considérés comme obèses, contre seulement 11 millions en 1975, évalue l'étude, conduite par l'Imperial College de Londres et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).
 
Le phénomène concerne toutes les régions du monde. Les pays les plus touchés sont certaines îles de Polynésie (plus de 30% des 5-19 ans touchés aux îles Cook, par exemple), tandis que ce taux atteint ou dépasse 20% aux Etats-Unis, en Egypte ou encore en Arabie saoudite. Si cette prévalence semble plafonner depuis quelques années dans les pays riches,  elle continue à grimper dans les pays à revenu faible ou moyen.
 

Des jeunes en sous-poids

Le nombre d'enfants et d'adolescents en insuffisance pondérale diminue lui lentement depuis 2000 - sauf en Asie du Sud et du Sud-Est et en Afrique du centre, de l'Est et de l'Ouest. L'an dernier, on comptait encore 192 millions d'entre eux en sous-poids modéré ou sévère, ajoutent les auteurs, qui ont analysé des données portant sur 31,5 millions  de jeunes dans 200 pays. Les deux tiers de ces jeunes en sous-poids habitent en Asie du Sud-Est, notamment en Inde.
 

Du sous-poids au surpoids

Un poids trop faible augmente notamment les risques de maladies infectieuses. "Il y a toujours besoin de politiques qui encouragent la sécurité alimentaire dans les pays et les foyers à faible revenu. (...) Mais nos données montrent que la transition de l'insuffisance pondérale vers le surpoids de l'obésité peut se produire rapidement", avertit le Pr Majid Ezzati de l'Imperial College de Londres, qui a coordonné leurs travaux.
 
Le spécialiste de santé environnementale met en garde en particulier contre le risque de "mauvaise transition alimentaire, avec une augmentation des aliments à forte teneur énergétique mais pauvres en nutriments". "Très peu de politiques et de programmes essayent de rendre accessibles aux familles pauvres les aliments sains, tels que les céréales complètes et les fruits et légumes frais", a-t-il déploré, dans un communiqué accompagnant l'étude.

Diabète et autres maladies

Cela entraîne des inégalités sociales face à l'obésité et limite les possibilités de réduire ce fardeau, souligne le chercheur. L'obésité provoque des risques accrus de maladies chroniques, telles que le diabète, et de maladies cardiovasculaires.

Sur le même thème

  • santé

    Saint-Pierre et Miquelon a (enfin) un pédiatre

    Son arrivée était très attendue à Saint-Pierre et Miquelon. Laurence Martinat a pris ses fonctions de pédiatre au centre hospitalier de l'archipel en septembre. Son carnet de rendez-vous est déjà bien rempli.
    11 Octobre
  • santé

    Polynésie : saisie record d'alcool frelaté à Papeete

    Suite à un contrôle de routine mercredi 4 octobre à Papeete, les agents de la brigade des douanes ont découvert plus de 100 litres de Komo Puaka, un alcool frelaté, sur le bateau d’un homme d’une trentaine d’années. Plus de 7 kg de viande de tortue ont également été saisis
    08 Octobre
  • santé

    Peste à Madagascar : quelles mesures préventives à La Réunion et Mayotte ?

    Alors que le bilan provisoire de l'épidémie de peste qui sévit à Madagascar est désormais de 30 morts, les autorités sanitaires de Mayotte et de La Réunion prennent des mesures préventives. A La Réunion, un cas suspect s'est finalement avéré négatif, selon l'Agence Régionale de Santé Océan Indien. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play