publicité

Attentat et sécurité

  • Par Edwige Saint-Thomas
  • Publié le

Les candidats à la présidentielle, ciblés par des terroristes, n’entendent pas céder à la psychose. Le dispositif de sécurité autour de l’élection au centre des discussions. La formation des jeunes : la priorité d’un guyanais s’il devenait président.

Jacques Cheminade © AFP
© AFP Jacques Cheminade

Les candidats ciblés par les terroristes

La campagne présidentielle est désormais rattrapée par le risque terroriste. Deux hommes ont été interpellés hier à Marseille. Ils préparaient un attentat avec pour cible des candidats à l’élection présidentielle. Des armes à feu et un drapeau de l'organisation djihadiste Etat islamique ont notamment été saisis dans leur appartement. L’entourage de François Fillon, a fait savoir qu'il avait été informé "de risques avérés", tout comme Emmanuel Macron et la présidente du Front national Marine Le Pen. Jacques Cheminade a tenu ce matin sur RTL a exprimé sa "solidarité aux candidats menacés". "Ceux sont des adversaires, ce ne sont pas des ennemis" a-t-il déclaré.

La sécurité renforcée

La sécurité des principaux candidats a été renforcée. Quelques 50.000 policiers, gendarmes et militaires seront déployés en France lors de chacun des deux tours de l'élection présidentielle. Un dispositif est aussi prévu pour les petits candidats. Nicolas Dupon-Aignan en bénéficie. Il affirme faire "confiance à l’Etat Républicain".
 

La campagne se poursuit

Les candidats n’entendent pas arrêter leur campagne malgré le risque. Plusieurs meeting sont programmés aujourd'hui. Nicolas Dupont-Aignan sera à Paris, Marine Le Pen s’exprimera à Marseille. Emmanuel Macron a lui rendez-vous près de Nantes. Benoît Hamon appelle à un rassemblement place de la République à Paris. Il se fera, on le sait, sans Manuel Valls. L’ancien Premier Ministre vient de concrétiser, encore un plus, sa rupture avec le candidat socialiste. Dans une lettre ouverte publiée aujourd’hui, il appelle au rassemblement derrière Emmanuel Macron dès le 23 avril. 

Moi Président 

Romain Kolse est un guyanais de 28 ans. Il est pompier de Paris. Sa priorité s’il devenait président serait la formation des jeunes.
 

Fichier audio

Romain Kolse interrogé par Tessa Grauman

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

Partagez :

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play