publicité

Champs-Elysées et Glissant

  • Par Edwige Saint-Thomas
  • Publié le

L’annonce d’un attentat à Paris a été l’occasion pour chaque candidat de rendre hommage aux victimes et de préciser leurs propositions pour lutter contre le terrorisme. Le drapeau guyanais a également fait irruption lors de ces échanges tout comme "Glissant" et " Dumas".

© Martin BUREAU / POOL / AFP
© Martin BUREAU / POOL / AFP

L'attaque dans les échanges

L’attaque sur les champs-Elysées s’est invitée de manière tragique dans les entretiens des candidats à la présidentielle sur France 2. Le premier à avoir pris connaissance de son caractère terroriste c’est Jean-Lassalle. Il a rendu hommage aux victimes. "Je me sens profondément auprès d’eux, auprès de ceux qu’ils ont laissé". Dans la foulée François Fillon a assuré que la Nation était "solidaire avec les policiers".
Lors de son passage, avant l’annonce de l’attentat, Marine Le Pen a elle abordé la question des "fichés S", estimant que "tous les étrangers sur le territoire français qui ont un lien quelconque avec le fondamentaliste islamique devaient être expulsés".
 

Encore plus que Taubira

Il a également été question de politique carcérale au cours de l’émission. Jacques Cheminade entend créer des postes d’agents de probation et de réinsertion. "Madame Taubira a dit 1000 de plus, il en faut au moins 2000" a-t-il déclaré.
 

Macron et la culture

Emmanuel Macron s’est efforcé pour sa part de clarifier sa position sur la culture française. Il s’agit selon lui d’"un fleuve(…) allant de Glissant en passant par Montaigne, Dumas le fils d’esclave libéré…"
 

Asselineau et l'Europe une relation déchirée

François Asselineau a réafirmé la nécessité pour lui de sortir de l’Union Européenne. Au cours de son entretien, il a purement et simplement déchiré un document représentant les "Grandes Orientations de Politiques Economiques de l'UE".
 

Pressions par texto

Nicolas Dupont-Aignan s’est appliqué pour sa part à lire un SMS émanant, assure-t-il, d’un grand patron de presse. Un message dans lequel ce dernier lui explique que le journal dont il est responsable le "boycotte à cause de son attitude face à Fillon".
 

Métissage et Constitution 

De son côté Jean-Luc Mélenchon a affirmé sa volonté de changer la Constitution avec l’aide des français. "C’est un  peuple métissé (…)  qui va et qui vient (…). C’est le moment de refonder la France ensemble » a déclaré le candidat de la France Insoumise".

La photo des athlètes noirs américains

Au cours de chaque entretien, les candidats ont eu la possibilité de choisir un objet symbolique. Nathalie Arthaud a présenté la photo des athlètes afros-américains poings levés aux Jeux olympiques de Mexico. Symbole de la révolte des noirs américains.
 

Le drapeau guyanais sur un plateau

Philippe Poutou a lui opté pour le drapeau Guyanais. Un "hommage au mouvement social qu'il y a aujourd’hui en Guyane avec les blocages, la grève générale, la lutte contre les inégalités sociales".
 

La dernière carte de Benoît Hamon

Enfin Benoit Hamon a pris avec lui présenté deux cartes : une carte vitale pour exposer sa politique en matière de sécurité sociale et une carte d’électeur pour encourager les français "à bien l’utiliser".
Les onze candidats ont jusqu’à ce soir pour tenter de faire la différence en cette fin de campagne.
 
 
 
 
 

Partagez :

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play