publicité

Marché et brasserie

  • Par Jean-Marie Chazeau
  • Publié le

Marine Le Pen fait son marché, son père croit en sa victoire, les consignes de vote des Républicains, et Emmanuel Macron a-t-il crié victoire trop tôt ? 

Rungis : un passage obligé pour les commerçants ultramarins pendant les fêtes
Rungis : un passage obligé pour les commerçants ultramarins pendant les fêtes
Le marché de Marine Le Pen
Elle a repris très vite sa campagne de terrain dès hier, et ce matin, Marine Le Pen était sur le marché de Rungis, à la rencontre des Français qui se lèvent très tôt. Interrogée par les journalistes qui l'accompagnaient, elle a accusé François Fillon de "trahison" envers ses électeurs pour avoir appelé à voter pour Emmanuel Macron et contre elle au second tour de la présidentielle.
Marine Le Pen qui rejoint ce matin Emmanuel Macron à l’hommage national organisé pour le policier tué la semaine dernière sur les Champs Elysées. Invitation lancée aux deux finalistes par le président Hollande.

Chances ou risques de victoire
L’ex-présidente du Front National – elle a annoncé son retrait de cette fonction hier soir – estime pouvoir rattraper son retard dans les sondages. Son père n’en pense pas moins vu le résultat du premier tour. Il l'a dit sur France Inter ce matin : "Je pense que les chances sont toujours ouvertes. On ne sait jamais ce qui va se passer pendant cette quinzaine. Et dans le fond Macron n'a que deux points de plus qu'elle. Même s'il a beaucoup de soutiens, se sont des soutiens du système". 
 
Les Républicains ont appelé hier à « faire battre Marine Le Pen », sans appeler directement à voter Emmanuel Macron. Eric Woerth, ancien ministre et maire LR de Chantilly votera Macron au second tour, a-t-il expliqué sur France 2 ce matin, car il estime qu’il y a un vrai risque de victoire de Marine Le Pen, un risque "insupportable".

Victoire trop anticipée ? 
Du côté d’Emmanuel Macron, pas de visites sur le terrain avant demain. Et beaucoup de critiques sur son discours de victoire après l’annonce du résultat, et le rendez-vous donné à ses partisans dans une brasserie de Montparnasse. Critiques injustes pour Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche !, il l'a dit sur France Inter ce matin : 
"On nous a raconté depuis un an que nous n'arriverions à rien, que nous ne parviendrons pas à convaincre, que nous serions pas au second tour, que Marine Le Pen serait à 28%... Après des mois et des mois de travail, d'investissement sur le terrain, il était normal que notre candidat salue tous les militants qui nous ont soutenu pendant cette période. Ensuite, on avait le droit aussi à une soirée de retrouvailles, de casser une croûte et boire un coup entre celles et ceux qui ont accompagné depuis le début Emmanuel Macron, Et ce n'est quand même pas parce que Line Renaud et je ne sais plus qui sont passés dire bonjour parce qu'ils ont vu de la lumière qu'on va nous expliquer que c'était une soirée people".

Vote insoumis
Et puis à noter du côté de Jean-Luc Mélenchon, arrivé en tête en Guyane, en Martinique, à La Réunion, et à Saint-Pierre et Miquelon, la consultation internet de la France insoumise sur l’attitude à avoir pour le second tour démarre aujourd’hui… Résultat attendu vendredi. 

Partagez :

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play