publicité

Sortie et rencontres

  • Par Edwige Saint-Thomas
  • Publié le

François Fillon refuse d’abandonner, certains élus ultramarins soutiennent sa démarche. D’autres figures de la droite croient à un retour de Juppé qui doit se positionner aujourd’hui. Une « présidente » martiniquaise milite pour des universités ultramarines plus puissantes.

© RÉUNION1ERE
© RÉUNION1ERE

Fillon ne compte pas s’arrêter là

Il ne va pas retirer sa candidature. Il l’a dit hier sur France 2. Le candidat de la droite s’appuie notamment sur son meeting au Trocadéro, hier, à Paris, pour prouver sa légitimité. Un discours prononcé dans la matinée, devant plusieurs dizaines de milliers de personnes. Parmi elles, on retrouve quelques figures de la droite : Luc Chatel ancien Ministre de l’Education nationale, François Baroin ex-Ministre des Outre-mer, mais aussi Didier Robert : "Je veux qu’il y ait une alternative, et François Fillon est le seul à pouvoir la porter. Je ne veux, pour les Outre-mer, ni de Marine Le Pen, ni d’Emmanuel Macron qui n’est que la pâle copie de François Hollande" a déclaré le Président du Conseil régional de La Réunion. Samia Badat Karam, la Réunionnaise, membre du bureau politique de "LR" était également présente au Trocadéro. Dans un tweet, elle appelle à rester unis dans la tempête.

Des soutiens autour de de François Fillon...une démarche loin d’être unanime

Christian Estrosi milite pour une sortie respectueuse de l’ancien Premier ministre. Une solution à laquelle il travaille avec d’autres élus "LR" Valérie Pécresse et Xavier Bertrand tous les trois Présidents de régions. Ils doivent rencontrer aujourd’hui François Fillon pour le convaincre de se retirer.

Juppé ne veux pas être le plan B.

Le maire de Bordeaux s'est exprimé face à la presse aujourd’hui pour donner sa position quant à une éventuelle candidature. "Je confirme une bonne fois pour toutes que je ne serai pas candidat à la présidence de la République", a-t-il affirmé. Un comité politique du parti "Les républicains" est prévu ce soir pour évaluer la situation. 
 

Pour une vraie égalité réelle

Notre séquence "Moi président" pour terminer. La parole est à Nadia Chonville une martiniquaise doctorante en sociologie. Elle milite pour l’égalité réelle

Nadia Chonville

Propos recueillis par Marie-Carline Chardonnet

 


 
 
 
 

Partagez :

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play