publicité

Fils de "mamie djihad" et d'un père antillais, qui est Tyler Vilus, djihadiste de la première heure ?

Sa mère, Christine Rivière, surnommée "mamie djihad", est jugée pour association de malfaiteurs terroriste, à Paris. Son père, un Antillais évangéliste, a quitté le domicile en 2011. Djihadiste, soupçonné d'être proche des auteurs  des attentats du 13 novembre à Paris, qui est Tyler Vilus ?

Le Palais de justice de Paris. © AFP
© AFP Le Palais de justice de Paris.
  • La1ère.fr
  • Publié le , mis à jour le
Par amour pour son fils, Christine Rivière s'est convertie à l'Islam avant de rejoindre la Syrie à trois reprises pour le voir. Arrêtée en juillet 2014, cette femme surnommée "mamie djihad" est jugée ces 5 et 6 octobre par le tribunal correctionnel de Paris, pour association de malfaiteurs terroriste.

Mais qui est ce fils avec lequel elle entretient une relation fusionnelle et pour qui elle n'hésitera pas à rejoindre le califat ? Né d'un père antillais évangéliste, arrêté quatre mois avant les attentats du 13 novembre, Tyler Vilus serait une figure de l'Etat Islamique. Mis en examen en juillet 2017 pour "direction d'une organisation terroriste", ce pionnier du djihad est incarcéré à Fleury-Merogis depuis 2015. Retour sur son parcours grâce aux informations révélées par le journal Le Monde.
 

#Famille

Au début des années 90, alors que Christine Rivière élève seule son fils né d'une première union, elle rencontre Roland Vilnus, un Antillais chétien évangéliste avec qui elle a un second fils : Tyler Vilus. Il grandit à Troyes (Aube) au sein d'une famille de classe moyenne. Selon les informations du journal Le Monde, "malgré son histoire avec cet homme très pratiquant, Christine Rivière affirme être restée plutôt "athée" jusqu'à sa conversion à l'Islam en 2011". Cette année-là, Roland Vilus déserte le domicile conjugal et laisse Christine avec ses deux garçons. Une relation fusionnelle va alors commencer entre la mère et son fils. Tyler Vilus a 21 ans.

#Le Coran

Il porte des dread locks, fume des joints et est recalé aux tests de la légion étrangère. Toujours en 2011, le jeune homme découvre le Coran. Il suit une formation de maçon à Paris, lorsqu'un camarade lui confie le texte. Il le lit en trois jours, rentre à Troyes, coupe ses locks et se plonge dans la prière, toujours selon les informations du Monde.

#La Tunisie

En juillet 2011, trois mois seulement après sa conversion, Tyler Vilus part s'installer en Tunisie. Attiré par l'idéologie salafiste, il fait partie des pionniers du djihad. En 2012, il participe le 14 septembre au saccage de l'ambassade américaine de Tunis, à l'appel du groupe djihadiste Ansar Al-Charia.

#La Syrie

Le 24 mars 2013, Tyler Vilus s'installe en Syrie. Son ancienneté dans l'organisation lui permet de combattre aux côtés des futurs cadres de l'Etat Islamique.

En Syrie, Tyler Vilus aurait aussi été proche de la "brigade des immigrés", considérée comme "la cellule souche" des attentats de Paris, toujours selon les informations du Monde. Une cellule par laquelle sont notamment passés, Abaaoud, Nemmouche, ou encore Najim Laachraoui. Tyler Vilus y aurait aussi "croisé" deux des tueurs du Bataclan.
 

#Réseaux sociaux

Recruteur très actif sur les réseaux sociaux, le jeune homme serait alors rapidement "monté en grade" au sein de la hierarchie de l'EI. Il évolue sous le nom d'Abou Hafsa. Le 28 mars 2014, il publie sur Facebook une vidéo d'Abaaoud traînant des corps derrière un pick-up. Le 26 mars, il se félicite de l'attentat contre le Musée juif de Bruxelles, perpétré par Mehdi Nemmouche. Un mois plus tard, il tweete : "comme une envie de tuer des juifs".

Face à sa proximité en Syrie avec les terroristes du 13 novembre et avec les messages qu'il envoie à ses contacts, les enquêteurs soupçonnent Tyler Vilus d'être un acteur important de la cellule des attentats de Paris.
 

#Arrestation

Le 2 juillet 2015, Tyler Vilus est arrêté à l'aéroport d'Istanbul en Turquie. Visé par un mandat d'arrêt international, il s'apprêtait à embarquer sur un vol à destination de Prague (République Tchèque) avec un faux passeport et une nationalité suédoise. Incarcéré en Turquie, il est expulsé en France trois semaines plus tard. Son arrestation intervient quatre mois avant les attentats du 13 novembre. De retour en France, il est incarcéré à Fleury-Mérogis.

En juillet 2017, Tyler Vilus est mis en examen pour "direction d'une organisation terroriste". Il encourt 30 ans de prison.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play