publicité

Guadeloupe : enquête administrative après une double évasion et le meurtre d'un détenu

Une enquête administrative de l'Inspection générale de la justice débute ce lundi au centre pénitentiaire de Baie-Mahault après une double évasion et un meurtre dans l'établissement, a annoncé Hubert Moreau, chef de la mission des services pénitentiaires de l'Outre-mer, en visite en Guadeloupe.

Vue du centre pénitentiaire de Baie-Mahault. © Guadeloupe 1ère
© Guadeloupe 1ère Vue du centre pénitentiaire de Baie-Mahault.
  • La1ere.fr (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
Il s'agira d' "analyser ce qui s'est passé, déterminer les responsabilités éventuelles, à quel niveau, et faire des propositions, des injonctions, pour éviter que cela se reproduise", a déclaré Hubert Moreau à l'AFP. "J'avais à l'esprit qu'il fallait que je rejoigne rapidement la Guadeloupe", a-t-il ajouté, après le meurtre d'un détenu par un autre, mortellement frappé "à la carotide", de "plusieurs coups de pic artisanal", selon une source syndicale.
           

"Surpopulation de la maison d'arrêt"

"Il ne fallait pas se voiler la face, le service public pénitentiaire a failli !", a lâché M. Moreau, qui a rencontré les représentants syndicaux à son arrivée, souhaitant "remobiliser les équipes et effacer ce sentiment de culpabilité pour que l'on reparte avec plus d'efficacité, de vigilance et d'attention".
           
Avant son arrivée, Eric Pétilaire, secrétaire régional CGT Pénitentiaire, s'était dit "indigné" et avait affirmé que "les établissements d'Outre-mer étaient les laissés-pour-compte de l'administration pénitentiaire", dénonçant notamment "la surpopulation de la maison d'arrêt", avec "298 lits pour 442 détenus", la circulation d'armes et de téléphones portables. Il avait aussi réclamé "la construction d'un établissement pour les longues peines sur la Guadeloupe".
           

"L'un des taux d'occupation les plus élevés de France"

M. Moreau a lui assuré que la prison de Baie-Mahault était "un établissement pénitentiaire qui offre toutes les garanties de sécurité, comme avec des établissements similaires en métropole", ajoutant que "les phénomènes de violence ont baissé depuis deux ans", y compris dans cet établissant, tout en reconnaissant "l'un des taux d'occupation les plus élevés de France".
           
Suite à l'évasion de détenus, les syndicats avaient aussi dénoncé le manque de résistance des barreaux. Autre point de friction, le délai pour le transfert des détenus "dangereux" dans des prisons adaptées de l'Hexagone. Ces transferts concernent "50 à 60 détenus par an" en Guadeloupe, selon M. Moreau, et "on devrait pouvoir en faire plus". La construction d'une maison centrale "n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour", a-t-il ajouté. 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play