publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Guadeloupe, mai 1967 : un massacre aux zones encore troubles

Cinquante ans après les faits, la répression policière des 26, 27 et 28 mai 1967 en Guadeloupe est encore dans les mémoires. Dans l’Hexagone, un collectif a lancé un appel pour la reconnaissance de ce crime, pour la vérité et la justice. 

Image des émeutes de mai 1967 en Guadeloupe. © DR
© DR Image des émeutes de mai 1967 en Guadeloupe.
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
« Le massacre de mai 1967 ». C’est ainsi que la Commission Stora, dans son rapport remis à la ministre des Outre-mer en octobre 2016, qualifiait les « événements » intervenus du 26 au 28 mai 1967 en Guadeloupe. 
 
Intitulée "Commission d’information et de recherche historique sur les événements de décembre 1959 en Martinique, de juin 1962 en Guadeloupe et en Guyane, et de mai 1967 en Guadeloupe", présidée par l'historien Benjamin Stora, les travaux de la Commission portaient notamment sur les émeutes survenues entre les 26 et 28 mai 1967 en Guadeloupe, qui firent de nombreux morts. Le rapport, qui comporte 100 pages, est divisé en trois parties et contient des annexes et une bibliographie.
 

Meurtre de Jacques Nestor

Ecrit par des historiens et fruit de nombreuses recherches et de consultations d’archives, le rapport Stora revient avec précision sur l’origine des émeutes de Pointe-à Pitre, à savoir la grève des ouvriers du bâtiment le 26 mai, suivie de la répression armée par la police et du meurtre de Jacques Nestor, un dirigeant syndicaliste « visé personnellement », précise le rapport. De là vont commencer des émeutes qui vont durer trois jours.

>>> LIRE les conclusions et la totalité du rapport ICI 

Dans un premier temps, les autorités vont rejeter la responsabilité des troubles sur le GONG, le Groupement d’organisation nationale des Guadeloupéens, dissous depuis, un mouvement indépendantiste derrière lequel l’Etat voit la main de Cuba. Mais les services mêmes de la police judiciaire et de la Direction de la surveillance du territoire (DST) balaieront cette affirmation visant à faire du GONG le bouc émissaire et la force à l’œuvre derrière les émeutes.
 
Plus problématique est la question du nombre de morts, tués par les CRS et les gendarmes mobiles durant les événements. Officiellement, il y a eu huit morts, dont les identités sont connues (et une soixantaine de blessés). D’autres chiffres, largement supérieurs, ont été avancés par des organisations militantes, la presse ou la population. En 1985, Georges Lemoine, alors secrétaire d’Etat aux DOM-TOM du Premier ministre Laurent Fabius, avançait le chiffre de 87 morts. Des chiffres allant d’une fourchette de 100 à 200 morts ont même circulé.

>>> A VOIR : Mai 1967, La répression policière en Guadeloupe (un documentaire de France Ô)

Guadeloupe mai 1967

Sur ce point précis, la Commission Stora écrit : « Les travaux de la commission n’ont donc pas permis d’établir un bilan humain incontestable des victimes des événements de mai 1967. Officiellement, l’État a dénombré huit morts mais ce chiffre est très contesté. Dans ce type d’affaires, l’établissement d’un bilan humain incontestable suppose de dresser une liste nominative des victimes. Or, en l’espèce, nombreux sont ceux qui avancent que des familles auraient elles-mêmes directement récupéré des corps sans prendre le risque de les déclarer par peur de représailles. Il appartiendrait donc aux éventuelles familles qui seraient concernées de se manifester, faute de quoi la connaissance ne pourrait pas progresser sur ce point.
Un parallèle peut être fait avec la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris et en région parisienne. Pour arriver à un nombre crédible de morts (énoncé entre trois et 200), il a fallu établir des listes nominatives de victimes.
Même si pour mai 1967 on s’en tenait seulement aux huit morts connus et identifiés, il s’agit de toute façon d’un massacre au cours d’une manifestation, ordonné sciemment sur le terrain et approuvé par le gouvernement sous la présidence du général de Gaulle.
 »
 

Marche de commémoration 

Cependant, la publication des conclusions de la Commission Stora reste insuffisante pour beaucoup. Avant même la création de la Commission, nombre d’organisations étaient mobilisés pour que toute la lumière soit faite sur les émeutes de mai 67 et leurs conséquences dévastatrices. Ainsi, un collectif d’associations dénommé « Kolèktif Doubout Pou Mé 67 » appelle ce samedi 27 mai à Paris à une marche de commémoration et de revendication.
 
« Aujourd’hui quel que soit le nombre de vies perdues, les Guadeloupéens veulent faire toute la lumière sur cette affaire ! », explique le collectif. « Par le biais de la commémoration de ce cinquantenaire, en Guadeloupe comme dans l’Hexagone, la voix des Guadeloupéens s’élève pour réclamer “la Vérité, la Justice et les Réparations liées à ce crime d’Etat”. » En alliance avec des syndicats et d’autres associations, le collectif lance un appel « pour la reconnaissance de ce crime colonial ; l’ouverture totale des Archives ; la vérité et la justice pour les victimes et leurs familles ; les réparations liées aux préjudices ; et la condamnation de l’État responsable. » Le "Kolèktif Doubout Pou Mé 67" a également lancé une pétition sur Change.org.  

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis