publicité

LKP : vous avez-dit abécédaire ?

Dans un ouvrage qu’elles co-signent, deux journalistes reviennent sur le mouvement du LKP, dans un abécédaire.  Mylène Colmar et Axelle Kaulajan-Diamant signent là un livre explicatif. Entretien.

Mylène Colmar et Axelle Kaulajan-Diamant, les deux auteurs de "Abécédaire du LKP" © @Guillaume Aricique
© @Guillaume Aricique Mylène Colmar et Axelle Kaulajan-Diamant, les deux auteurs de "Abécédaire du LKP"
  • Par Catherine Le Pelletier
  • Publié le , mis à jour le
Pourquoi avoir publié un « Abécédaire du LKP »,* trois ans après le mouvement des 44 jours ?
 
Axelle Kaulanjan-Diamant : Des artistes, militants et universitaires s’étaient déjà saisis du sujet. Nous avons voulu apporter un regard journalistique sur le LKP, les 44 jours de grève, et l’actualité récente du collectif. La forme de l’abécédaire a été privilégiée afin que le lecteur puisse facilement entrer et naviguer dans le livre. Il s’agit d’une démarche pédagogique, car c’est un livre que nous avons pensé grand public. Avec notre légitimité du terrain, nous avons voulu soumettre aux lecteurs les faits, tels qu’ils se sont déroulés ou dont ils n’ont pas eu connaissance, ainsi que des analyses dépassionnées.
 
Quelle a été votre méthode de travail ?
 
Mylène Colmar : Chacune de nous a d’abord choisi les mots qui lui paraissaient indispensables de traiter. Puis, nous nous sommes mises d’accord sur une liste définitive, avant de nous répartir équitablement les termes, en fonction de nos archives, nos connaissances et notre envie. Durant l’année qu’a duré notre travail de rédaction, nous avons échangé des centaines de mail : dès que l’une avait fini d’écrire le texte d’un mot, elle l’envoyait à l’autre qui relisait, corrigeait, vérifiait, ajoutait des informations ou des analyses. Et pour nous mettre d’accord sur le contenu, nous avons discuté, débattu au téléphone durant des heures.
 
Abécédaire du LKP

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de votre travail ?
 
AKD : Nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures. Nous étions d’accord sur la méthodologie à adopter et nous l’avons respectée. La seule difficulté aurait pu être la distance, car Mylène et moi n’étions jamais sur le même territoire durant la phase d’écriture. Elle était à Montréal quand j’étais à Paris, par exemple. Mais nous sommes des digital native, des journalistes 2.0 qui usons de tous les outils modernes. Ainsi, nous avons beaucoup utilisé internet, Google documents et Skype pour travailler à distance.
 
A l'inverse, y a-t-il eu des éléments plus simples à réaliser ?  
 
MC : Paradoxalement, ce qui paraissait être le plus difficile s’est avéré le plus simple : tomber d’accord sur les points forts de chacune et les respecter durant tous ces mois de collaboration. Axelle étant journaliste et professeure de Philosophie, elle a enrichi le livre de ses analyses et références historiques. De mon côté, en m’appuyant sur mes études littéraires et mes archives, j’ai plus veillé à la qualité du récit des événements, à l’exactitude des faits. Bien sûr, le plus simple a tout de même été d’écrire les introductions, chacune n’ayant à s’occuper que de son propre texte. 
 
Etes-vous prêtes à recommencer un travail à « quatre mains » ?  
 
AKD : Il faut une certaine alchimie entre les deux auteurs pour que cela fonctionne. Et nous avons été sur la même longueur d’ondes quant à la méthode et la rigueur nécessaires. Oui, avec Mylène, si l’occasion se représente et les sujets s’y prêtent.
MC : J’ai apprécié de rédiger cet ouvrage avec Axelle qui est devenue une amie, autant que l’exercice lui-même. Recommencer, pourquoi pas ? Néanmoins, j’ai actuellement un projet de livre en préparation qui me tient à coeur et que je souhaite mener auparavant. 
 
*Mylène COLMAR et Axelle KAULANJAN-DIAMANT, Abécédaire LKP - Clés analytiques et critiques du mouvement, Ibis Rouge Éditions, Sept. 2012, h
 
 
Retrouvez les auteures sur le net

Pour suivre les auteures : @Mycho et @Axelle971 sur Twitter et leurs blogs caraibe.mondoblog.org et axellekaulanjan.com

Sur le même thème

  • culture

    Jou a Man Soso

    C'est aujourd'hui que les défenseurs de la culture guadeloupéenne ont décidé de se retrouver à Petit Canal, sur le site du "FondalKa", pour rendre un hommage grandiose à Solange Bach, plus connue sous le nom de "Man Soso". 

  • culture

    Une interdiction de parler créole dans un collège martiniquais suscite un tollé

    La nouvelle a provoqué la colère de nombreux Martiniquais. Dans une charte distribuée dans un collège de l'île, une règle interdisait aux élèves de parler créole en classe. Le principal a depuis fait marche arrière. Le créole est parfois mal-aimé dans certaines institutions ou entreprises. 

  • culture

    Un week-end pour mettre en valeur notre patrimoine

    Les journées européennes du Patrimoine sont organisées par une cinquantaine de pays. En France, elles ont commencé en 1984.
    En Guadeloupe, tous les grands monuments publics seront ouverts au public. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play