publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Expulsion mornalienne: l'Etat s'en remet à la décision de justice

Aucun changement à l'issue de la réunion entre le collectif mobile, la municipalité mornalienne et l'Etat. La décision de justice doit être appliquée pour les autorités. En soutient aux familles expulsées lundi dernier, des barrages avaient été érigés ce matin à Morne à l'Eau.

© Thierry Philippe
© Thierry Philippe
  • Ch. Horn, R. Gaspard et F. Aristide
  • Publié le , mis à jour le
L'Etat s'en remet à la décision de justice...Le collectif de défense mobile « Doubout pou la Gwadloup » avait érigé ce matin des barrages à Bosrédon Morne-à-l’Eau (des barrages levés vers 10h30). Une opération pour soutenir les trois familles mornaliennes expulsées de leur maison le 11 janvier dernier. Une trentaine de militaires était venue, à la demande du procureur, exécuter une décision de justice datant de février 2012, à l'encontre de ces familles qui auraient construit leurs maisons sur des terrains qui ne leur appartenaient pas. L’association crie à l’injustice. Une rencontre a eu lieu cet après midi entre le collectif, le maire de la commune et un représentant de l'Etat. Une réunion qui n'a rien changé. Hubert Quiaba, président du collectif de défense mobile au micro de Chantal Horn.

expulsions mornaliennes

Fichier audio

Interview d'Hubert Quiaba, président du collectif mobile
 
 Voir aussi : 
SOUTIEN AUX EXPULSES DE MORNE A L EAU

 Voir aussi : Ce jeudi 28 janvier 2016, le propriétaire reconnu par la loi que nous avions essayé de joindre sans succès le jour des faits, souhaite user de son droit de réponse,
AFFAIRE EXPULSES DE MORNE A L EAU

Sur le même thème

  • société

    Le hand spinner à l'assaut de la Guadeloupe

    Il a envahi les cours de récréation et les bureaux... Le hand spinner, cette toupie "new generation" venue des Etats-Unis, fait fureur chez nous. Au point que certains magasins ont vite été en rupture de stock. 

    Mis à jour le mardi 30 Mai 2017 à 12:23
  • société

    Le "happy slapping" ou "vidéo agression" : quand le sordide s'expose

    Depuis hier soir, une vidéo du chanteur Cocolo se faisant brutaliser circule. Cette pratique, "happy slapping" qui consiste à filmer avec un téléphone portable une scène de violence dans le but de diffuser sur internet est aujourd'hui sévèrement punie par la loi. Le partage est également sanctionné.

    Mis à jour le samedi 27 Mai 2017 à 10:50
  • société

    Cocolo, de l'ombre à la lumière

    Depuis quelques semaines, il fait le buzz. Des vidéos, des mix, des interviews de lui ne cessent de circuler sur les réseaux sociaux. Son nom : Cocolo. Avec ses refrains entrainants, il s’est hissé au sommet du top Itunes dans la catégorie "Musiques du monde", depuis hier.

    Mis à jour le jeudi 25 Mai 2017 à 17:36
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis