publicité
Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Expulsion mornalienne: l'Etat s'en remet à la décision de justice

  • Ch. Horn, R. Gaspard et F. Aristide
  • Publié le , mis à jour le

Aucun changement à l'issue de la réunion entre le collectif mobile, la municipalité mornalienne et l'Etat. La décision de justice doit être appliquée pour les autorités. En soutient aux familles expulsées lundi dernier, des barrages avaient été érigés ce matin à Morne à l'Eau.

© Thierry Philippe
© Thierry Philippe
L'Etat s'en remet à la décision de justice...Le collectif de défense mobile « Doubout pou la Gwadloup » avait érigé ce matin des barrages à Bosrédon Morne-à-l’Eau (des barrages levés vers 10h30). Une opération pour soutenir les trois familles mornaliennes expulsées de leur maison le 11 janvier dernier. Une trentaine de militaires était venue, à la demande du procureur, exécuter une décision de justice datant de février 2012, à l'encontre de ces familles qui auraient construit leurs maisons sur des terrains qui ne leur appartenaient pas. L’association crie à l’injustice. Une rencontre a eu lieu cet après midi entre le collectif, le maire de la commune et un représentant de l'Etat. Une réunion qui n'a rien changé. Hubert Quiaba, président du collectif de défense mobile au micro de Chantal Horn.

Fichier audio

Interview d'Hubert Quiaba, président du collectif mobile
 
 Voir aussi : 
SOUTIEN AUX EXPULSES DE MORNE A L EAU

 Voir aussi : Ce jeudi 28 janvier 2016, le propriétaire reconnu par la loi que nous avions essayé de joindre sans succès le jour des faits, souhaite user de son droit de réponse,
AFFAIRE EXPULSES DE MORNE A L EAU

Partagez :

  • Légumes made in... Pointe-à-Pître

    société

    Faire vivre le quartier en implantant des jardins créoles dans les « dents creuses » c’est à dire les terrains inoccupés. C’est une l’initiative mise en œuvre par l’association « Pli bel Lari» depuis le début de l’année a la rue Dugommier a Pointe et a Pitre…

    Mis à jour le samedi 06 Mai 2017 à 12:33
  • Elle achète un bébé et le rend car il est métis

    société

    Une Italienne de 35 ans, après avoir simulé une grossesse, achète un bébé 20 000 euros à une Roumaine et le rend, trois jours plus tard, parce que l'enfant est métis. 

    Mis à jour le lundi 01 Mai 2017 à 11:19
  • Quand le travail fait mal...

    société

    L'ouvrage de Christian Langou, "La raison possédée" aborde la question de la souffrance au travail. Le sujet est de plus en plus présent dans les entreprises. L'actualité a très récemment fait état de plusieurs affaires qui ont attiré l'attention du public sur cette douleur souvent invisible.

    Publié le vendredi 28 Avril 2017 à 13:16

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play