publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

La semaine européenne de lutte contre l'endométriose très active en Guadeloupe

La Semaine européenne de lutte contre l’endométriose se décline aussi chez nous, avec de nombreuses manifestations. L’endométriose est une pathologie qui touche une femme sur dix en âge de procréer et rend parfois difficile cette procréation

  • F-J. Ousselin
  • Publié le , mis à jour le
Plusieurs stands d’information sont en effet prévus dans toutes les communes de la Guadeloupe, notamment à Marie-Galante samedi ; une conférence-débat demain à Wonche à Baie-Mahault ; ou encore une grande marche à Lauricisque samedi.
 L'objectif consiste en premier lieu à informer le grand public pour éviter la stigmation des personnes atteientes; à cause de la méconnaissance de cette pathologie. Elle est aussi à l'origine de règles difficiles et de fait, synonyme pour les personnes affectées de fréquentes douleurs souvent handicapantes.

Depuis quelques années, les femmes affectées essaient de se regrouper au sein d'associations pour mieux faire connaître l'endométriose, les réseaux sociaux servent eux aussi à faire passer l'information. Et grâce à cette semaine Européenne de lutte contre l'endométriose, le premier combat , celui de l'information est en passe d'être gagné. 

Voir aussi : http://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/des-femmes-atteintes-d-endometriose-temoignent-de-leur-souffrance-339103.html


Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie chronique, généralement récidivante qui touche 1 femme sur 10, en âge de procréer.

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus  provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

Elle touche potentiellement toutes les femmes réglées. Et lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques.

L’endométriose est une maladie complexe. On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais « des » endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre…

Il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre.

Aujourd’hui, l’endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de cinq années, durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes. Selon les sources, cette maladie toucherait de 1 femme sur 20 à 1 femme sur 10.

Quelle est l’origine de la maladie ?

Plusieurs théories existent sur l’apparition de cette maladie, sans qu’aucune n’explique totalement toutes les formes de cette maladie.

On a ainsi longtemps évoqué le fait que cette maladie concernait surtout les femmes blanches ou érudites ou riches, ou même les trois à la fois. Ces légendes semblent encore trouver un écho aujourd’hui. Il est pourtant évident que la seule explication valable au fait qu’une femme européenne soit plus souvent diagnostiquée qu’une femme africaine par exemple, réside dans la différence des conditions de vie économiques et culturelles.

Parmi les théories les plus plausibles, on peut citer :

la transplantation de cellules endométriales soit par les trompes,les voies lymphatiques, vasculaires, ou suite à un acte chirurgical gynécologique (laparotomie, césarienne, épisiotomie).
la métaplasie : transformation d’un tissu normal en un autre tissu anormal, le tissu péritonéal se transformerait donc en tissu endométriosique soit spontanément, soit à cause de facteurs hormonaux.
Quant à la théorie de la grossesse qui guérit, elle est également mise en cause. En fait, il semble plus réaliste de considérer que la grossesse ne « guérit » pas l’endométriose, mais l’améliore notablement ou préserve d’une dégradation de la situation, offrant une période de rémission.

Qui touche-t-elle ?

Potentiellement, toutes les femmes réglées. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir de très jeunes femmes atteintes par cette maladie. Et lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques violentes sans que le médecin ait évoqué une possible endométriose. Il existe également des cas de femmes ménopausées ou opérées par hystérectomie et ovariectomie qui continuent à souffrir d’endométriose, notamment à cause des traitements hormonaux de susbstitution.

Cet article paru dans les dossiers thématiques de l’Inserm vous en dira plus … lire l’article.

Sur le même thème

  • santé

    Vivre avec les brumes de sable

    Nous sommes toujours en alerte Rouge pour la qualité de l’air. Les brumes de sables sont toujours au-dessus de nos têtes.  La préfecture émet des recommandations pour les personnes fragiles qui doivent éviter les déplacements sur les grands axes routiers.

    Mis à jour le vendredi 26 Mai 2017 à 14:56
  • santé

    Le cyclotron, désormais une réalité visible en Guadeloupe

    Le cyclotron devrait être opérationnel en Octobre et accueillir les premiers patients. La région Guadeloupe a procédé aujourd’hui  à une nouvelle  visite des locaux en grande pompe sous les yeux du nouveau et de l’ex patron de la collectivité.

    Mis à jour le vendredi 26 Mai 2017 à 13:32
  • santé

    Guadeloupe 1ère accueille la 1ère journée de l'obésité infantile

    Le surpoids et l'obésité, une priorité en matière de santé publique. Les premières « journées de l'obésité infantile » en Guadeloupe se tiennent depuis ce matin dans les jardins de Guadeloupe1ère

    Mis à jour le mercredi 24 Mai 2017 à 14:20
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis