publicité

Le Larèl Bigidi'Art (LBA), nouveau défi de Léna Blou

Le Centre de Danse et d’Etudes Chorégraphiques Lénablou déménage. Après des années à la rue Paul Lacavé, la chorégraphe veut désormais construire une école de danse pour continuer de former la jeunesse guadeloupéenne à la danse

© L.Blou
© L.Blou
  • F-J. Ousselin avec L. Broulhet
  • Publié le
La nouvelle école est toujours située dans le quartier de l’Assainissement, quartier cher à l'histoire de Lénablou, mais cette fois elle est rue Abel Libany aux Abymes. L'espace sera plus spacieux, lumineux et agréable pour les parents, les élèves, le public.
Et les objectifs ne manquent pas. La Chorégraphe les décline ainsi : 
"- continuer notre travail de formation de qualité des jeunes en danse
- consolider les relations et les partenariats avec les écoles internationales : le centre James Carlès à Toulouse, l'école des Sables de Germaine Acogni en Afrique, Ayikodans en Haiti, Moreira Rui au Brésil...
- Mettre en place des échanges avec les centres de recherche, universitaires (séminaires, pratiques pédagogiques, performances, formation) sur le plan international
- recevoir le public en nos murs pour les Ciné-Danse et renforcer ainsi l'éducation et la culture chorégraphique Le Larèl Bigidi'Art (LBA) recevra aussi des expos, des conférences, des performances autour de la danse.

 Appel au don 

Pour ce faire, Léna Bloui compte sur les dons qui lui permettront de réunir le capital nécessaire pour l'acquisition de l'espace, son aménagement et le développement de tous ces projets : "Nous avons choisi de travailler avec la plate-forme Commeon www.culture-time.com qui est dédiée exclusivement à la culture, au développement de projets d’intérêt général et est extrêmement sécurisé. Le financement est ouvert aux particuliers comme aux entreprises à partir de 10 €. Il débute le 09 Janvier et durera 2 mois." Les dons ne seront d'ailleurs pas sans contrepartie pour les généreux donnateurs : " Nous avons voulu des contreparties intéressantes et en rapport avec notre activité. Ainsi, selon la hauteur de son don, le mécène repartira avec une carte postale, une place pour le prochain spectacle ou des cours de danse. Un professionnel pourra par exemple offrir à ses salariés une initaition à la Techni’ka dans nos locaux."
VOIR : 
SOLIDARITE AVEC LENA BLOU

 


POUR INFORMATION : 
Pour les donateurs particuliers : Pour les résidents fiscaux français, la loi du 1er août 2003 accorde une réduction de l'impôt sur les revenus de 66 % des sommes versées, retenues dans la limite annuelle de 20 % du revenu imposable. Si le plafond de 20 % est dépassé, le bénéfice de la réduction peut être reporté sur les 5 années suivantes.
Un don de mécène de 100 € vous revient donc à seulement 34 € après avantages fiscaux sur l’impôt sur le revenu !
Pour les entreprises, toujours dans le cadre de la loi du 1er août 2003, la réduction d’impôt est égale à 60 % du montant du don, et retenue dans le limite de 0,5% du chiffre d'affaire H.T., avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l'excédent au titre des 5 exercices suivants.

Sur le même thème

  • danse

    Musiques et danses au Festival de Gwo Ka

    2ème soirée de festival de Gwo Ka hier à Sainte-Anne. Elle était consacrée surtout à la danse traditionnelle. Sur scène entre autres, les groupes Kamodjaka et Akamédiduka et aussi, DNK, Dansè Nèg Ka fè.

  • danse

    Quand le corps se dit ...par la danse

    Un spectacle à voir ce samedi, celui de l'école de danse  Kenoujah'Art Danse Club. Un sepctacle aux allures  de cabaret  avec une revue des "INDOMPTABLEs" Une déclinaison de la féminité en 4 tableaux....

  • danse

    Ballet apocalypse 2

    Fort du succès de la première représentation en 2013, la directrice artistique Meggy Bordée reconduit ce spectacle vivant.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play