publicité
Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Guyane : durcissement des barrages, visite des "500 frères" au policier blessé et courrier de parlementaires [SYNTHESE]

  • La1ère
  • Publié le

Le collectif "Pou La Gwiyann dékolé" annonce un durcissement des blocages à partir de lundi. Hier, les "500 frères" ont rendu visite au policier blessé alors que les parlementaires ont écrit une nouvelle fois à François Hollande. Le point sur la situation ce dimanche.

© jody amiet / AFP
© jody amiet / AFP
Si la situation était calme samedi à Cayenne, où une tente était dressée devant la préfecture de Guyane, le collectif "Pou La Gwiyann dékolé" a annoncé un durcissement des blocages à partir de lundi. Samedi, les "500 frères" ont rendu visite au policier blessé. De leur côté, les parlementaires ont écrit une nouvelle fois à François Hollande.
 

#Durcissement des barrages

Le collectif "Pou La Gwiyann dékolé", qui pilote le mouvement social agitant la Guyane depuis plus de deux semaines, a annoncé le blocage "total" du département à partir de lundi. Les barrages seront ouverts ce dimanche de 7h (12h à Paris) à minuit (5h lundi), puis il y aura "fermeture totale jusqu'à nouvel ordre", avec "interdiction", même pour les personnes voulant passer "à pied", "à moto" ou "à vélo", de les franchir.
 
Le contrôle des barrages s'était fait jusqu'alors avec une certaine souplesse. Son durcissement a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. "Il n'est pas tolérable de se voir refuser le droit de circuler librement sur le territoire. (...) Une partie de la Guyane a peur de s'exprimer", affirment les signataires d'une pétition en ligne qui a recueilli un millier de paraphes. Environ 700 internautes font désormais partie d'un groupe Facebook intitulé "Stop aux barrages en Guyane".
 

#Visite des "500 frères" au policier blessé

Blessé vendredi lors du rassemblement devant la préfecture, le commissaire Joël Terry, numéro 2 de la police en Guyane, a reçu samedi sur le seuil de sa chambre d'hôpital quelques dizaines de membres des "500 frères contre la délinquance" venus lui rendre visite. "Les valeurs que nous partageons sont bien plus importantes que nos différences", a déclaré l'officier. Il a exprimé son "respect" des "500 frères" puis serré la main de ses nombreux membres présents, presque tous cagoulés. "Les forces de l'ordre ne sont pas nos ennemies. On se bat pour qu'elles travaillent dans de meilleures conditions", a dit leur porte-parole Mikaël Mancée, un policier en disponibilité, depuis l'hôpital.
 

#Nouveau courrier des parlementaires

La Guyane connaît depuis plus de deux semaines un mouvement social marqué par des revendications sécuritaires, sanitaires et éducatives. Une "grève générale illimitée" a été décrétée le 25 mars, paralysant l'activité économique. Le blocage du port de Cayenne provoque des pénuries, notamment celle de produits frais. Le Conseil des ministres a validé mercredi une aide d'urgence de plus d'un milliard d'euros pour le département, mais "Pou La Gwiyann dékolé" réclame 2,1 milliards supplémentaires.
 
Dans un courrier daté du 8 avril, les quatre parlementaires de Guyane ont appelé à une "déclaration forte" du président François Hollande. "Monsieur le Président de la République, la Guyane attend aujourd'hui un engagement ferme de l'Etat pour lui permettre de s'engager sur la voie d'un développement serein et durable", écrivent les députés Chantal Berthelot, Gabriel Serville, et les Sénateurs Georges Patient et Antoine Karam qui ont signé ensemble ce nouveau courrier. (Le courrier à lire ci-dessous).

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play