publicité
  1. /
  2. guyane

Premier succès de l’année pour une Ariane 5

Le gros lanceur est parti dans les temps du centre spatial guyanais ce mardi pour mener à bien sa mission sous les yeux du secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christophe Sirugue.

Décollage d'Ariane 5 le 4 mai dernier. © ESA, Cnes, Arianespace. Optique du CSG.
© ESA, Cnes, Arianespace. Optique du CSG. Décollage d'Ariane 5 le 4 mai dernier.
  • Franck Leconte
  • Publié le
Et de deux sur six. Ariane 5 a réussi sa première mission de l’année ce mardi soir et permet aux équipes du Centre Spatial Guyanais de poursuivre la course folle au programme de ce début d’année : six lancements en trois mois, entre la fin janvier et la mi-avril. Une cadence jamais vue selon le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël.


Maintenir un rythme face à une concurrence de plus en plus rude

La mission de ce mois de février ne relevait pas du défi impossible, loin de là. Ariane 5 devait placer sur orbite deux satellites de télécommunications (un pour le Brésil, l’autre pour l’Indonésie) en moins de quarante minutes. C’est ce que le plus gros lanceur de la gamme fait de mieux. Cela tombait bien, le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christophe Sirugue se trouvait en salle Jupiter. Il a tenu ensuite un discours vantant les mérites de l’Europe spatiale mais a alerté sur une concurrence internationale de plus en plus rude, en particulier dans le domaine des lanceurs. Le salut passera par la future Ariane 6 veut croire, lui aussi, Christophe Sirugue. Le marathon de ce début d’année pour Arianespace reprend dès le mois de mars. Le 6, Vega œuvrera pour le programme européen Copernicus. Le 21, Ariane 5 placera de nouveau deux satellites de télécommunications.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play