publicité

Le lancement critiqué de la Cité des outre-mer à Paris

  • La1ère.fr
  • Publié le , mis à jour le

Attendue depuis des années, la Cité des Outre-mer a été lancée symboliquement ce vendredi 17 mars à Paris. Dans un communiqué, Patrick Karam vice-président de la région Ile-de-France dénonce son "caractère totalement improvisé" (...) après cinq ans d'inaction sur cette promesse faite en 2012".

La cité des Outre-mer a été inauguré ce vendredi à Paris. © Raël Moine
© Raël Moine La cité des Outre-mer a été inauguré ce vendredi à Paris.
Ce vendredi 17 mars, François Hollande assiste au lancement symbolique de la cité des Outre-mer à La Villette à Paris. Une fresque a été dévoilée en présence notamment de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, de nombreux élus ultramarins, mais aussi de la maire de Paris Anne Hidalgo et du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadelis. Tous sont venus soutenir cette cité des Outre-mer destinée à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et coutumes des territoires ultramarins.



Un lancement qui ne fait pas l'unanimité

Si personne ne conteste le bien fondé d'un tel lieu dans une région qui comprend 600 000 originaires des Outre-mer selon des chiffres de l'Insee en 2013, des voix s'élèvent pour dénoncer le "caractère totalement improvisé de l’annonce de la cité des outre-mer". 

Dans un communiqué, Patrick Karam vice-président de la région Ile-de-France critique une annonce "faite opportunément à une semaine de la période de réserve électorale, après cinq ans d'inaction sur cette promesse faite en 2012". Ce lieu est en effet une promesse de campagne du chef de l'Etat, qui figurait déjà dans le programme de Lionel Jospin en 2002.
© Nordine Bensmail
© Nordine Bensmail


Précipitation et manque de concertation

La Région Ile-de-France regrette "la précipitation du gouvernement, qui n'a pas pris le temps de la concertation nécessaire pour  garantir le financement de ce projet et son avenir". Selon Patrick Karam, cela "aura pour conséquence une ardoise financière que le gouvernement laisse à ses successeurs, qui menace la viabilité du projet".
 
Dans son communiqué, le vice-président de la région demande "que toutes les parties prenantes soient réunies rapidement pour construire un projet solide et boucler son financement, qui n'est pas assuré à ce stade".

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play