publicité

Malgré son élection, le député LREM de Guadeloupe Olivier Serva a du mal à faire oublier ses propos homophobes

En 2012, Olivier Serva assimilait sur Guadeloupe 1ere l'homosexualité à une "abomination". Des propos qui ont refait surface pendant sa campagne, et pour lequel il a du s'excuser. Mais depuis son élection, nombreux sont ceux les lui rappeler et à s'indigner qu'il puisse siéger l'Assemblée.

  • Par Maïté Koda
  • Publié le , mis à jour le
Depuis dimanche 18 juin, Olivier Serva est le nouveau député de La République en Marche de la première circonscription de Guadeloupe. Son score était sans appel: 61,74% des suffrages exprimés. Et depuis, le député relate sur les réseaux sociaux ses premiers pas à l'Assemblée, photos et vidéos à l'appui.
 
© Twitter
© Twitter


Accusations d'homophobie

Seulement, de nombreux internautes restent visiblement beaucoup plus sensibles aux propos homophobes tenus par le député en 2012, alors  qu'il était président du mouvement politique guadeloupéen Eko Zabym. "L'homosexualité est un choix" " quand je lis la Bible, il est écrit qu’un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination."… Lors d'un débat sur le Mariage pour tous, Olivier Serva a multiplié les sorties sur l'homosexualité, des propos relevés par Streetpress et largement relayés depuis.
 

Malgré les excuses, les propos restent en mémoire

Olivier Serva s'est depuis excusé, se défendant de toute homophobie. Mais si les électeurs de sa circonscription ne semblent pas lui en tenir rigueur, ce n'est pas le cas d'Internet, des associations et de ses opposants politiques.
Ainsi, dès son élection, l'Amicale des Jeunes du refuge, une association militante de lutte contre "homophobie" a immédiatement rappelé le passé du nouveau député.  


Parmi les 18 députés homophobes recensés par Têtu

Le magazine Têtu de son coté a également épluché les profils des 577 députés de l'Assemblée, et en a recensé 18, tous partis confondus, à avoir tenu des propos homophobes ou à s'être opposés aux droits LGBT. Olivier Serva figure dans la liste, aux côtés, entre autres, de deux autres députés martiniquais, Bruno Nestor Azerot et Jean-Philippe Nilor.
 
© Capture d'écran Tetu.com
© Capture d'écran Tetu.com


Brocardé par Florian Philippot...

Mercredi 21 juin, au micro de  France Info, c'est Florian Philippot, vice-président du FN et battu aux législatives qui a interpellé En Marche sur Olivier Serva, lui demandant de "prendre ses responsabilités"

 
... et de nombreux internautes

Et sur Twitter, une simple recherche sur le nom du député guadeloupéen donne bien plus d'occurrences pour dénoncer ses propos que pour saluer son élection ou ses premiers pas au Palais Bourbon.
 
 
 

 
 

 
 
 
 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play