publicité

En attendant les concerts de Kassav' au Zénith du 27 au 29 mai, La1ere.fr publie chaque jour un portrait d'un ou d'une musicien(ne) du groupe. Marie-José Gibon est Kassav'. Du groupe légendaire, elle connait beaucoup de facettes. La danse, la chorégraphie, les costumes, et depuis plus d'une dizaine d'années le chant. Elle nous raconte son parcours.

Enfant, je rêvais de devenir Clodette. Finalement je suis devenue Kassavette!



A défaut de danser derrière Claude François au son de reprises yéyés, c'est au devant de la scène, et aux cotés du plus grand groupe français que Marie-José évolue. Et contrairement aux danseuses de Clo-Clo, avec Kassav' Marie-José Gibon a droit à ses solos de danse, toujours plébiscités du public, mais aussi à la voix.
 
MARIE JOSE GIBON DANSE

 
C'est pourtant pour une audition de simple danseuse qu'elle postule, au tout début des années 80. La jeune fille, originaire de Guadeloupe habite alors à Neuilly-sur-Marne (93). Elle réussit l'audition et intègre un groupe alors peu connu dans l'Hexagone, mais que l'adolescente avait déjà repéré.

A la base, danser avec Kassav', c'était un simple job d'été


"C'était pour moi un simple job d'été! J'avais aussi postulé pour un poste de caissière, mais j'ai préféré Kassav''", se souvient-elle en souriant.


Elles sont alors quatre danseuses. Rapidement, il n'en restera plus que deux: Marie-José, alors âgée de 17 ans,  et Catherine Laupa.  Le job d'été s'éternise. Et débouche sur une tournée en Guadeloupe et en Martinique, la première d'une immense série, aux quatre coins de la planète.
 

Marie José Gibon et Catherine Laupa © MJG



De Kassav', Marie-José aime le "coté sain". "On se respecte. C'est très important. Et ça nous permet de garder notre énergie pour la scène, ensemble".
Elle sait aussi apprécier les voyages que le groupe lui permet, les rencontres parfois surprenantes, comme avec ce public brésilien "qui faisait les mêmes chorégraphies que nous", et se souvient de Japonais qui reprenaient les morceaux en créole.
 
KASSAV JAPON
 
Dès ses débuts dans le groupe, Marie-José ne fait pas que danser. Depuis ses jeunes années passées en Guadeloupe et son apprentissage au sein d'une chorale "façon Sister Act", la jeune femme a développé un goût pour le chant, la danse, et surtout le spectacle.

Au sein du groupe, avec Catherine Laupa et sous les conseils du directeur artistique Moïse Ripon, elle travaille à la mise en scène, réfléchit aux costumes, développe l'identité visuelle du groupe.
 
 

Kassav' en concert à New-York en Juin 2014 © Mike Coppola/Getty Images/AFP


"On avait plein d'idées, on allait à Londres pour trouver des tenues, et on incitait les musiciens à danser sur scène".  Sans se douter que Kassav' prendrait la dimension qu'il a aujourd'hui: "Quand on s'est lancées, on faisait ça avec le cœur. On regardait ce qui se faisait, on tentait des choses on voyait que ça plaisait. Puis Kassav' est monté, et nous avec" résume-t-elle.
 
Regardez Marie-José Gibon évoquer son aventure avec Kassav'
marie_jose gibon

Kassav' monte en effet, jusqu'à atteindre les sommets. En pleine guerre civile en Angola, plus  de 40 000 personnes les applaudissent au stade de Luanda. Les scènes au Zénith de Paris, si chères au groupe ont également particulièrement marqué Marie-José. "Le Zénith, c'est à part. C'est chez nous! On sent la pression monter quand le public frappe avec ses mains, ses pieds…, c'est indescriptible".
 
kassav au zenith 86

 

Je ne me sentais pas prête à être chanteuse, à faire le lead. J'étais intimidée



"Pendant longtemps je ne me sentais pas prête à être chanteuse, à faire le lead. J'étais intimidée par le fait d'être seule. J'avais peur des pertes de mémoires… "
 
Pourtant, Marie José quittera le groupe, après quatorze belles années de collaboration. Place au chant, qu'elle affectionne depuis toujours mais qu'elle a laissé de coté. Le départ ne sera pas soudain, Marie José est toujours membre de Kassav' lorsqu'elle se lance, avec des artistes comme Jean-Michel Cabrimol ou Salif Keita.
 
Lorsque le groupe se sépare de ses danseuses, Marie-José se sent enfin prête pour le grand saut. Le succès arrive vite, avec l'album Volt-face pour lequel Marie-José compose et interprète. Puis l'album Pulsion et un titre Mové tan, devenu un tube.
 
move tan
 
 
 "Pourtant c'était pas évident. Je sortais d'une structure ou tout était bien cadré, il m'a fallu tout recréer", se souvient la chanteuse.
 
 
Magré tout,quand Kassav' rappelle Marie-José en 2004, elle n'hésite pas longtemps avant de revenir "à la maison". "La configuration était différente, mais l'ambiance toujours aussi bonne". Rebelote pour les tournées, le travail de groupe, les chorégraphies… et le chant cette fois.

Et même si Kassav' lui prend "beaucoup de temps", même  si elle ne met pas de coté ses projets solos, une chose est certaine, maintenant, cette famille retrouvée, elle restera avec elle "jusqu'au bout".