publicité

Le cadavre retrouvé à Sainte-Luce est bien celui de Marion Génin

Le cadavre de la femme retrouvé dimanche à Sainte-Luce est bien celui de Marion Génin, l’opticienne de 36 ans disparue début septembre au Diamant, selon le procureur de la république de Fort-de-France.

  • Par Stéphane Mazzorato
  • Publié le , mis à jour le
Marion Genin © DR
Lors d’un point de presse au palais de justice de Fort-de-France, le procureur Claude Bellanger a d’abord indiqué qu’une autopsie avait été pratiquée lundi par un médecin-légiste. Elle a permis de faire "de gros progrès" dans l’identification du corps, a-t-il poursuivi.

Le procureur a indiqué que "la dentition du cadavre est similaire à celle de l’opticienne disparue". Il a néanmoins indiqué qu’une analyse ADN serait nécessaire pour "avoir une totale certitude". Par ailleurs, Claude Bellanger a indiqué que "la cause criminelle de ce décès est tout à fait certaine et évidente. La mort remonte à manifestement trois semaines", a-t-il ajouté.

Dimanche, le procureur de la république avait fait état "de la découverte d’un corps de femme dont la mort est relativement ancienne, dans le sud de la Martinique".

Voiture calcinée

Marion Génin, une opticienne de 36 ans, n’avait plus donné signe de vie depuis la nuit du 2 au 3 septembre 2008 au cours de laquelle elle avait dîné avec des amis. Sa voiture avait été retrouvée calcinée dans un champ de canne au Lamentin, quelques jours après sa disparition.

Par ailleurs, Claude Bellanger a indiqué que l’enquête avançait "à grand pas". Trois ressortissants de l’île voisine de Sainte-Lucie, au sud de la Martinique, ont été arrêtés à Castries (capitale de Sainte-Lucie), par la police de ce pays. Ils pourraient être liés à la disparition de Marion Génin.

"Dès demain matin (lundi), l’entier dossier et des demandes d’extradition seront remis en mains propres aux autorités judiciaires de Sainte-Lucie", avait précisé le procureur de la république.

Une information judiciaire pour enlèvement et séquestration en bande organisée avait été ouverte par le parquet de Fort-de-France et la famille de Marion Génin s’était constituée partie civile à la suite de sa disparition.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play