publicité

Les élus martiniquais manifestent contre la diminution des contrats aidés

Les élus martiniquais, en particulier des maires, ont manifesté mercredi matin à la préfecture de Fort-de-France contre la diminution des contrats aidés.

Les élus à la préfecture de Martinique (mercredi 23 août 2017) © Franck Zozor
© Franck Zozor Les élus à la préfecture de Martinique (mercredi 23 août 2017)
  • Par Joseph Nodin
  • Publié le , mis à jour le
Des maires ou des adjoints sont partis ce mercredi matin (23 août 2017), des bureaux de l'association des maires à Fort-de-France et ont manifesté à la préfecture contre la diminution des contrats aidés.

La diminution du nombre d’emplois aidés programmée par le gouvernement, inquiète les maires, habitués à recourir à ce type de contrats pour préparer notamment la rentrée scolaire. L’alerte est venue de La Réunion. La semaine dernière, de nombreux maires de l’île ont manifesté aux côtés de plusieurs centaines d’habitants, après l’annonce de la préfecture de réduire le nombre de contrats aidés. De quoi diminuer l’encadrement dans les écoles, où leur aide est précieuse.

Contrats maintenus seulement dans l'éducation


En Martinique près de 2300 de ces contrats sont utilisés dans les mairies de l'île. Les maires veulent leur reconduction car ils en ont besoin dans bien des domaines. "Les services techniques, aux ressources humaines et dans le monde de l'éducation", explique Fred-Michel Tirault, le maire du Saint-Esprit. "Nous avons 18 contrats de ce type que nous utilisons dans les espaces verts, ce qui n'est pas négligeable. Si nous n'avons plus ces contrats, la commune sera dans un état de délabrement", argumente Jenny Dulys-Petit, mairesse du Morne-Rouge.
Réunion association des maires
Les maires obtiennent du préfet l'assurance du maintien des contrats aidés dans l'éducation  -  martinique  -  martinique
À l'issue d'un échange de deux heures avec Franck Robine, le préfet de Martinique, les maires ont reçu de maigres assurances. "Ce que j'ai pu décider en fonction de ce qui m'a été dit jusqu'à présent, c'est que tous les emplois liés à la rentrée scolaire pourront être assurés". 

Le préfet a aussi promis de revoir les maires lorsqu'il connaîtra sa marge de manoeuvre. "Nous n'avons pas de réponse précise concernant les emplois aidés dans les espaces verts", regrette Maurice Bonté, le président de l'association des maires.

Sur le même thème

  • politique

    La CDMT attend un changement d'attitude du président du Parc Naturel

    Les discussions reprennent aujourd'hui (mercredi 30 août), au Parc Naturel de Martinique. Elles avaient débuté la semaine dernière à propos de la situation des salariés de la structure, et sur le cas du directeur général des services sous la menace d’un entretien préalable avant licenciement.

  • politique

    Alfred Marie-Jeanne va perdre deux éléments de sa garde rapprochée

    Alfred Marie-Jeanne devra certainement procéder à des remaniements au sein de sa garde rapprochée, au conseil exécutif de la CTM. Le patron devra composer "sans" son directeur de cabinet et sa cheffe de cabinet, tous deux en partance, dans les semaines à venir.

  • politique

    Nou Pèp La attend son tour

    Nou Pèp La (NPL), fera sa rentrée politique, en octobre prochain. Le Mouvement qui compte parmi les plus jeunes formations de l’île continue sa structuration. Ses jeunes pousses prennent de l’assurance et gagnent en expérience. A terme, NPL vise la CTM en 2021.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play