publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Politique : le département aurait eu 71 ans

  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le

L'anniversaire de l’adoption de la loi du 19 mars 1946 créant les départements d’outre-mer passe inaperçu. Voici 71 ans, l’Assemblée nationale approuvait la transformation du statut des "quatre vieilles colonies".

© Guyane1ère
© Guyane1ère
Assimilation ou départementalisation ? Nous avons parfois du mal, de nos jours, à comprendre ce que nos aînés ont obtenu, avec cette loi transformant les "quatre vieilles colonies" en départements d’outre-mer. (Réunion, Guyane, Guadeloupe et Martinique). Pour le Parti communiste et ses alliés de la gauche, l’assimilation consistait à obtenir l’égalité des droits politiques. Une revendication ancienne, née quasiment au moment de l’abolition de l’esclavage, un siècle plus tôt. Assimiler, c’était effacer la différence de traitement entre les habitants des colonies et les autres citoyens français. Et il y avait matière !
 
La départementalisation, c’était simplement la traduction juridique de cette aspiration. Mais voilà, dès le départ, les élus et le gouvernement d’union nationale ont hésité entre un nouveau statut (de nouvelles institutions administratives et politiques) d’une part et une égalisation à marche forcée que nul n’avait demandé, d’autre part.
 
Résultat : une incontestable amélioration des conditions de vie, sur tous les plans. Un progrès payé au prix du démantèlement du tissu économique et de multiples tentatives mortifères d’effacer notre identité culturelle. Et il reste, 71 ans plus tard, une question en suspens : avions-nous fait le bon choix, en 1946 ? Entre le cheminement des colonies britanniques vers l’autonomie puis l’indépendance et le maintien de la sujétion coloniale, nos aînés ont préféré un compromis original : l’émancipation par le renforcement des liens avec l’ancienne puissance.
 
Sept décennies plus tard, la question de la validité de ce choix historique se pose encore : était-il le bon, était-il le seul possible ?

Partagez :

  • La colère gronde au sein du Parti Progressiste Martiniquais

    politique

    L'élection présidentielle déchire le Parti Progressiste Martiniquais. Entre le soutien à Benoît Hamon ou à Emmanuel Macron, le PPM se fissure en interne après les sanctions prises contre trois de ses militants. La polémique se poursuit à travers communiqués et déclarations sur les réseaux sociaux.

    Mis à jour le lundi 27 Mars 2017 à 14:54
  • Ségolène Royal s'engage à protéger les mammifères marins

    politique

    La visite de Ségolène Royal se poursuit en Martinique. La Ministre de l’Environnement de l’Énergie et de la Mer a signé ce mercredi 15 mars, un arrêté destiné à protéger les cétacés et les mammifères marins présents dans nos eaux. 

    Mis à jour le mercredi 15 Mars 2017 à 18:02
  • Marine Le Pen chaleureusement accueillie par des personnalités de Martinique

    politique

    Le stand antillais du salon de l'agriculture à Paris, a reçu la candidate du Front National à l'élection présidentielle. Elle a été chaleureusement accueillie par Juvénal Remir mais aussi le chef Jean-Charles Bredas autour du thème du patriotisme économique.

    Mis à jour le mercredi 01 Mars 2017 à 13:14

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play