publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Reconstitution de l'affaire de l’entrepreneur Georges Bodol retrouvé ligoté dans sa voiture en flamme

Policiers, magistrats et avocats ont procédé à la reconstitution (ce jeudi 16 février 2017), de l'affaire de l’entrepreneur Georges Bodol, retrouvé ligoté dans sa voiture en flamme le 5 janvier 2016 sur le parking d'un hypermarché à Dillon (Fort-de-France).

Reconstitution ce jeudi 16 février 2017, de la mort de Georges Bodol (6 janvier 2016) sur le parking du centre commercial de Dillon à Fort-de-France © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Reconstitution ce jeudi 16 février 2017, de la mort de Georges Bodol (6 janvier 2016) sur le parking du centre commercial de Dillon à Fort-de-France
  • Martinique 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Policiers, magistrats et avocats ont procédé à la reconstitution de l'affaire de l’entrepreneur Georges Bodol, retrouvé ligoté dans sa voiture en flamme le 5 janvier 2016 sur le parking d'un hypermarché à Dillon (Fort-de-France).
Reconstitution
Reconstitution de l'affaire de l’entrepreneur Georges Bodol retrouvé ligoté dans sa voiture en flamme  -  martinique  -  martinique

Chronologie des faits

La victime, un père de famille de deux enfants, Georges Adrien Bodol, 56 ans, entrepreneur de profession résidait au quartier Bontemps Lacour au Saint-Esprit. Le mardi 5 janvier 2016, au Saint-Esprit, il est séquestré, ligoté, transporté et abandonné, agonisant dans son propre véhicule en flamme sur le parking d'un hypermarché de Dillon à Fort de France. Les vigiles éviteront le pire, en éteignant le début d'incendie avec des extincteurs mais Georges Bodol meurt sur place à l'arrivée des pompiers.

Deux suspects

Le premier, un homme d’une cinquantaine d’années, lui aussi père de famille résidant aux Terres Sainvilles à Fort-de-France. Il  est employé depuis plusieurs années à la mairie de Fort-de-France. Pris de remords et mesurant la gravité de son acte, dès le mercredi après midi (6 janvier 2016) il se livre aux enquêteurs. Il reconnaît avoir participé à cette folle aventure en se positionnant comme complice. Il avance la thèse d'une dette de 4 000 Euros. 

La deuxième personne impliquée dans la mort de Georges Bodol est connue dans le milieu du froid et de la climatisation. Sur les conseils de ses proches, l'homme décide de se constituer prisonnier au commissariat de police du Lamentin le 7 janvier 2016.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis