publicité

carnaval

rss

Les "touloulous" reviennent en Martinique

Les Karolynes sont les gardiennes du temple du carnaval Guyanais. Cette association organise en Martinique le samedi 25 février, une rétrospective du bal paré masqué guyanais de 1960 à 2016 avec des photos du carnaval de rue mais aussi un déjeuner-débat et une animation musicale.

Touloulous à la parade nocturne de Cayenne en 2014 © Guyane 1ère
© Guyane 1ère Touloulous à la parade nocturne de Cayenne en 2014
  • Par Jean-Claude SAMYDE
  • Publié le , mis à jour le
Le touloulou, personnage du carnaval guyanais, est d’une élégance reconnue de la tête aux pieds. On ne voit pas une once de peau. Elle porte un jupon, une cagoule, un loup, de longs gants, et une perruque. 

Escale en Martinique

Les Karolynes, une association de Guyane, entend assurer la promotion des touloulous du bal paré masqué. Elle organise en Martinique le samedi 25 février une rétrospective du bal paré masqué guyanais de 1960 à 2016 avec des photos du carnaval de rue mais aussi un déjeuner-débat et une animation musicale. Les Karolynes veulent mettre les costumes à l'honneur et parleront de l'évolution des costumes de 1960 à nos jours. 

Voir l'entretien avec Dorothy Ribal-Aubin membre des Karolynes


Touloulou de Guyane ou de Martinique ? 

C’est la question qui suscite la polémique. Pour certaines personnes, les touloulous ont pris naissance en Martinique à Saint-Pierre avant l’éruption de la montagne Pelée en 1902. Aline Belfort, Guyanaise, titulaire d'un diplôme universitaire en langues et cultures régionales, qui a travaillé sur la question a publié chez Ibis Rouge,  "Le bal paré masqué un aspect du carnaval de la Guyane française". L’auteur est catégorique : le touloulou a pris naissance en Guyane.

Dans les écrits de 1881, on parle de bal et on utilise le mot "masqué" avant 1848 et l'abolition de l'esclavage, il existait en Martinique un bal Nègre, où les esclaves se déguisaient avec de grandes robes". Le bal paré-masqué est introduit en Martinique en 1973. 


Le touloulou, patrimoine mondial de l'humanité ?

L'observatoire régional du carnaval guyanais créé il y a deux ans poursuit ses démarches auprès de l'UNESCO, afin d’inscrire le touloulou au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une pétition en ce sens réunit à ce jour 8000 signatures.  L'observatoire régional du carnaval guyanais va présenter un projet aux Nations unies pour 2018.

Déjeuner-débat, exposition et animation musicale au centre international de séjour, à Fort-de-France, le 25 février de 12 heures à 18 heures.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play