publicité

Les transporteurs envisagent de bloquer la raffinerie et la CTM

  • Martinique 1ère
  • Publié le , mis à jour le

Après plusieurs jours de discussion avec les autorités sans le résultat attendu, les transporteurs semblent décidés à bloquer la raffinerie et le siège de la CTM. Ils réclament toujours une détaxe conséquente du carburant.

Raphaël Bordelais et Daniel Dabon, les principaux dirigeants du syndicat des transporteurs © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Raphaël Bordelais et Daniel Dabon, les principaux dirigeants du syndicat des transporteurs
Les transporteurs d'hydrocarbures réclament une détaxe sur les carburants ainsi que l'application d'une délibération sur la retraite des chauffeurs. C'est la dernière augmentation de tarif des carburants votée par la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), appliquée le 1er janvier 2017 qui provoque leur colère. 

La Sara et la CTM ciblées

Après plusieurs jours de discussion avec les autorités (services de l'État ), ils semblent décidés à bloquer la raffinerie au Lamentin et le siège de la CTM à Fort-de-France, dès demain matin (15 février 2017). Déclaration de Raphaël Bordelais ce soir sur Martinique 1ère radio.

 

Partagez :

  • Colère des transporteurs : "On se fout de nous" estiment-ils

    conflit social

    Des camions stationnés non-loin de la SARA et devant l’entrée de l’hôtel de la CTM à Fort-de-France. Les transporteurs de marchandises sont mobilisés comme prévu pour réclamer la détaxe sur les carburants.

    Mis à jour aujourd'hui à 08h35
  • Menace de grève au CHU de Martinique

    conflit social

    Le syndicat CDMT appelait l’ensemble du personnel à se rassembler ce lundi dès 6 heures pour faire le point sur une plateforme de revendications de 13 points. Depuis le déménagement vers le nouveau plateau technique, les professionnels de santé sont confrontés à de nombreuses difficultés. 

    Mis à jour le lundi 13 Février 2017 à 18:03
  • Mission locale du sud : l'une des deux cadres réintégrée

    conflit social

    En décembre 2016, deux cadres de la mission locale de l’Espace Sud avaient été mis à pied puis licencié pour harcèlement moral à l'encontre d'une contractuelle. Nouveau rebondissement dans cette affaire, l'inspection du travail a invalidé le licenciement de Gladys Jacquens.

    Mis à jour le dimanche 05 Février 2017 à 08:10

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play