publicité

La verbalisation pour les vitres teintées a commencé

Après une phase d'information, les verbalisations ont commencé pour non respect de la législation sur les vitres teintées. les automobilistes qui ont des vitres trop teintées sont désomais verbalisés à partir de ce mois de juillet. 

Durant la dernière opération préventive contre les vitres teintées vendredi (30 juin), trente-cinq régularisations ont été remises. © Gendarmerie
© Gendarmerie Durant la dernière opération préventive contre les vitres teintées vendredi (30 juin), trente-cinq régularisations ont été remises.
  • Par Peggy Pinel-Fereol
  • Publié le , mis à jour le
La plupart des automobilistes l'avaient presque oublié. Pensant peut-être qu'il ne s'appliquerait pas en Martinique. Mais après une phase de prévention et d'information qui s'est poursuivie six mois après l'entrée en vigueur du décret le 1er janvier dernier, les automobilistes dont les vitres avant sont surteintées seront désormais verbalisés.
 

Des sanctions pénales 

"Je considère que cette phase de transition est maintenant parvenue à son terme et que par conséquent dès lors qu'il y aurait des personnes en contravention avec cette réglementation, il y aura sanction de nature pénale" annonce Renaud Gaudeuil, procureur de la République. 

En effet, le contrevenant s'expose à une contravention de 4e classe : une amende forfaitaire minorée de 90 euros puis 135 euros et la perte de trois points sur son permis de conduire.
 

Que dit le décret du 14 avril ?

Selon les autorités, la transmission de lumière visible (TLV) des vitres avant des véhicules doit être de 70 % minimum soit une opacité de 30 % maximum. En Martinique des particuliers avaient créé un collectif et lancé une pétition en ligne afin de demander une dérogation liée au nombre de jours d’ensoleillement chez nous supérieur à celui de France hexagonale.

L'outil de mesure avait lui aussi été pointé du doigt puisque les policiers et les gendarmes n'ont toujours pas d’appareil précis et homologué pour vérifier le degré de teinte ou d’opacité d'une vitre. "Cet outil [NDLR: une planche de comparaison] nous permet de verbaliser les cas les plus flagrants et en l'occurrence c'est bien ce qui est recherché. Ce n'est pas les états limites, mais faire en sorte que les véhicules dans lesquels on ne voit strictement rien de ce qu'il y a à l'intérieur, ce sont ces véhicules-là qui font l'objet en priorité d'une verbalisation" poursuit le procureur. 

Voir l'interview de Renaud Gaudeuil, procureur de la République (entretien Martinique 1ère Web : 
Reglementation
Interview du procureur de la République

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play