publicité

La mauvaise plaisanterie de Macron sur les kwassa-kwassa passe mal dans la communauté comorienne

La "plaisanterie" d'Emmanuel Macron sur les kwassa-kwassa suscite de très vives réactions dans la communauté comorienne de Marseille, où vivent près de 80 000 personnes d'origine comorienne, mais aussi à Paris où plus de deux-cent personnes ont manifesté place du Trocadéro. 

  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le , mis à jour le
La plaisanterie d'Emmanuel Macron sur les kwassa -kwassa passe mal à Marseille, où vivent près de 80 000 personnes d'origine comorienne. Ce dimanche après-midi pendant le match de football amical Comores-Togo, les supporters ont exprimé leur indignation en rappelant que des milliers de Comoriens sont morts dans ces bateaux appelés kwassa-kwassa.

Lors d'un déplacement jeudi dernier au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique d'Etel dans le Morbihan, Emmanuel Macron avait en effet plaisanté sur les kwassa-kwassa, ces embarcations précaires utilisées par les migrants comoriens pour tenter de rejoindre Mayotte. 

Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c'est différent" 



Regardez le reportage de France 3 Provence-Alpe-Côte d'Azur: 

Réaction de la communauté comorienne de Marseille après les propos d'Emmanuel Macron

Le candidat d'"En marche" à Marseille, d'origine comorienne

Des réactions d'autant plus vives dans la cité phocénne, qu'un candidat d'"En Marche" a la particularité d'être originaire des Comores, c'est même le seul en France. Saïd Ahamada est aujourd'hui face à un choix délicat: tenter de désamorcer les propos du chef de l'Etat ou se ranger derrière l'indignation de la communauté comorienne de Marseille et en tirer les conséquences.
© Saïd Ahamada, en campagne à Marseille / © Saïd Ahamada FB
© Saïd Ahamada, en campagne à Marseille / © Saïd Ahamada FB


Le candidat "En marche" de la 7ème circonscription de Marseille devait rencontrer ce lundi après-midi les responsables de son parti, à Paris. 
"Je sais à présent que le Président regrette ce qu'il a dit de façon trop légère",a écrit Saïd Ahamada sur Facebook après s'être entretenu avec "l'Elysée et l'équipe du président Emmanuel Macron". 

 

Invitation à une noyade collective et symbolique 

Toujours depuis Marseille, un internaute a relayé sur les réseaux sociaux une invitation à une "noyade collective", ce dimanche 4 juin après-midi, pour là-aussi dénoncer les propos du chef de l'Etat. 
 

© Capture Facebook
© Capture Facebook


Plus de 200 personnes réunies place du Trocadéro à Paris

© la1ere/ Julie Straboni
© la1ere/ Julie Straboni

A Paris, plus de 200 personnes ont répondu à l'appel d'associations comoriennes pour dénoncer les propos d'Emmanuel Macron, mais aussi pour demander la suppression du décret Balladur. Depuis 1995, un visa supprime la liberté de circulation entre Mayotte et le reste de l'archipel des Comores. Le "visa Balladur" est devenu l'un des symboles d'une politique d'immigration désastreuse. 


 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play