publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Echos de campagne : Edouard PHILIPPE premier ministre

Le nouveau premier ministre s’appelle donc Edouard Philippe. C’était lui que la rumeur donnait depuis plusieurs jours. En quelques mots, qui est-il ?

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le
Prénom Edouard, Nom : Philippe. Il a 46 ans. Il a fait Sciences-Po et l’ENA. Il a exercé la profession d’avocat. Il a travaillé aussi bien dans le public que dans le privé. Notamment dans l’entreprise Nucléaire AREVA. Actuellement, il est député –maire du Havre, la ville portuaire en Normandie.
Politiquement, il était au parti socialiste quand il était étudiant à Sciences Po ; tendance Rocard. Puis il a dévié vers l’UMP  et les Républicains. Il est proche d’Alain Juppé. Il a été le porte parole d’Alain Juppé pendant la période des primaires. Ensuite il s’est mis à l’écart de la campagne de François Fillon au moment de l’affaire Pénélope.
Il a aussi des talents d’écrivain. Edouard Philippe a publié deux romans « l’Heure de vérité » et « dans l’ombre » ; des ouvrages de politique fiction.
Edouard Philippe pratique la boxe trois fois par semaine, il l’a confirmé hier soir sur TF1.
Et pour la petite histoire, c’est la première fois que l’on a un premier ministre barbu.
 
Hier soir Edouard Philippe était donc l’invité du Journal de TF1. Il a confirmé qu’il voulait travailler avec la droite et la gauche
 
Son équipe gouvernementale sera annoncée aujourd’hui. Il a dit vouloir dessiner un gouvernement rassembleur de compétences. Il s’agit de faire avancer le pays avec des gens issus de la droite, de la gauche et de la société civile.
 
D’ici demain, on devrait savoir qui sera le ministre en charge de l’outremer. Ministre ou secrétaire d’Etat, qui sait ? Comme il est question d’avoir un gouvernement très resserré, il n’est pas impossible que l’outremer soit rattaché à un autre ministère comme cela a été le cas par le passé.
 
Quelles sont les premières réactions après la nomination d’Edouard Philippe ?
 
Jean-Luc Mélenchon a réagi très vite en disant qu’Emmanuel Macron a annexé la droite, et absorbé le Parti Socialiste « Il ne faut pas donner à M. Macron les pleins pouvoirs » a averti Jean-Luc Mélenchon, appelant les électeurs à donner la majorité à la France Insoumise pour une cohabitation.
Chez les Républicains, Bernard Accoyer dit que c’est une aventure individuelle et en aucun cas le fruit d’un accord politique.
Alain Juppé souhaite bon courage à Edouard Philippe mais ne rejoint pas « En Marche ! » pour autant. Alain Juppé annonce qu’il soutiendra les candidats Républicains et UDI aux législatives.
Pour Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, avec un 1er ministre de droite, nous devons avoir une gauche majoritaire au parlement.
Pour Florian Philippot du Front National « L’UMPS s’assume totalement ».
Mais on retient aussi qu’une vingtaine d’élus des Républicains ont signé un appel au ralliement à Emmanuel Macron. Parmi  eux, Christian Estrosi et Nathalie Kosciuko Morizet.

A l’agenda du président Macron,  une première visite à l’étranger dès hier.
 
Il était à Berlin pour relancer le couple franco-allemand. Il a dîné avec Angela Merkel avant de rentrer à Paris où il doit recevoir aujourd’hui le comité qui décidera en septembre prochain de la candidature de Paris pour les jeux olympiques de 2024. Le comité vient d’achever une visite du projet parisien.
A l’agenda d’Emmanuel Macron d’ici à la fin de cette semaine, il devrait y avoir une visite aux troupes françaises engagées sur les terrains de conflit contre le terrorisme islamiste ; ce sera probablement au Mali.
 
Les dernières investitures pour « En Marche » seront connues demain. Un nouvelle liste a été publiée hier mais encore rien sur Mayotte
 
La liste a en effet été complétée. Par exemple on voit qu’à la Réunion « En Marche » a investi une députée socialiste sortante ; Monique Orphé. Ainsi que d’autres jeunes moins connus. Pour Mayotte, on attend encore. Réponse définitive prévue demain mercredi.
 
Marine le Pen retrouve la présidence du Front National. Elle avait laissé son poste le temps du deuxième tour de la présidentielle.
 
C’est Steve Briois qui l’a annoncé. Le maire de Hénin- Beaumont, fief du Front national dans le Nord, avait remplacé Marine le Pen pendant quelques jours. La dirigeante frontiste a repris son poste pour mener à bien la campagne des législatives. Le Front national espère constituer un groupe à l’Assemblée. On ne sait pas encore si Marine le Pen elle-même sera candidate.
 
Déclaration étonnante de Manuel Valls au journal du dimanche. L’ancien premier ministre dit qualifie Emmanuel Macron de « méchant ».
 
C’est un vocabulaire rare en politique. Manuel Valls explique qu’il "extrêmement lucide sur Macron et sur son équipe". Pour lui, "Hollande est méchant, mais dans un cadre. Macron, lui, est méchant, mais il n’a pas de codes donc pas de limites." 
A-t-il pensé à arrêter la politique ? La réponse est oui. "Après ma défaite à la primaire, j'ai réfléchi à arrêter, oui." Répond-il, « mais au moment où survient la recomposition que j'ai toujours souhaitée, je vais être spectateur ? Non ! Je veux être dans cette séquence."
Rappelons que l’investiture de « la République en marche » a été refusée à Manuel Valls. Simplement il n’aura pas de candidat « En Marche » en face de lui aux législatives.
 

 
 
Brigitte Macron s’installe elle aussi à l’Elysée. Emmanuel Macron voudrait donner un statut officiel à la première dame. Mais un sondage montre que les français sont plutôt contre.
 
 
Emmanuel Macron avait annoncé la couleur bien avant son élection. Pour lui, il faut créer un "statut de la Premier dame ou du Premier homme" à l'Élysée afin d'encadrer cette fonction officieuse.
Seulement, les Français semblent plutôt hostiles à la création de ce statut officiel. Selon un sondage YouGov réalisé pour le Huffpost, à la question "souhaiteriez-vous la création d'un statut officiel de Première dame avec des moyens alloués à son poste ?", 68% des sondés ont répondu par la négative.
Un rejet du statut de Première dame donc, mais qui ne constitue pas pour autant une mauvaise image de Brigitte Macron. Selon ce même sondage, 49% des Français affirment avoir une bonne image de Brigitte Macron contre 26% qui en ont une mauvaise et 25% qui ne se prononcent pas sur la question.

Emmanuel Macron qui souhaite donner un statut officiel à sa femme avait alors rappelé que ce statut qui n'existe pas en France fonctionne très bien aux États-Unis : "Je souhaite qu'un cadre soit  défini et je demanderai qu'un travail soit conduit en la matière".
 

 

Sur le même thème

  • Législatives 2017

    Echos de campagne : J- 13

    La « République en Marche » d’Emmanuel Macron serait bien partie pour réussir son pari. Les sondages lui donnent la majorité dans la prochaine Assemblée Nationale.

    Mis à jour aujourd'hui à 08h51
  • Législatives 2017

    Echos de campagne

    Il y a exactement 7 882 candidats en France pour les législatives. Cela fait une moyenne de 14 candidats par circonscription. 

    Mis à jour le vendredi 26 Mai 2017 à 08:16
  • Législatives 2017

    Echos de campagne

    Conséquence de l’attentat de Manchester en Angleterre, l’Etat d’urgence risque de se prolonger en France, c’est en tout cas le souhait du président Macron.

    Publié le jeudi 25 Mai 2017 à 09:37
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis