publicité

FESCUMA : Transmission de la culture mahoraise à la jeune génération.

Montée en puissance, ce prochain weekend, de la 3ème édition du Festival Culturel de Mamoudzou(FESCUMA) 2017.
Les activités culturelles programmées sont essentiellement axées sur les jeunes censés perpétuer les traditions en perdition avec l'ouverture de Mayotte à la mondialisation.

© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
Ahamada Aribou, DGA de la commune de Mamoudzou,chargé du service culturel et de la vie associative a accordé une interview à notre site d' informations " Mayotte 1ère.fr Actualités"

L’essentiel, c'est la transmission.


Emmanuel Tusevo Diasamvu : Samedi dernier, sur la place du marché, quand nous assistions au spectacle de débha, vous m’avez dit : Voilà, c'est ça l’essentiel, la transmission. C'était vraiment un cri du cœur de votre part ?

Ahamada Aribou :
On a commencé ce FESCUMA 2017 avec les manifestations du debha qui est un chant religieux souvent mis en œuvre par les femmes. Quand je disais que c'est ça l’esprit FESCUMA, c'est la transmission de ce savoir qui tend à disparaître aujourd'hui, c'est cette transmission à la jeune génération pour qu’elle comprenne la culture mahoraise, les danses traditionnelles mahoraises, ce qui faisait la culture à Mayotte dans le temps et aujourd'hui. 

A travers le FESCUMA, nous voulons perpétuer ces manifestations, ces danses culturelles, ces événements ancestraux qui tendent à disparaître aujourd’hui. Comme vous l’avez remarqué, il y a des personnes âgées, des jeunes, des moins jeunes, il y a même des enfants de 6 ans et 7 ans et c'est pourquoi je disais que c'est ça l’essentiel parce qu’on veut que cette jeune génération puisse aussi savoir de quoi il s’agit, savoir comment ça se faisait, comment ça se pratiquait pour être justement le relais pour l’avenir, pour la transmission de ce savoir aujourd'hui.
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU

Debha, Moulidi, Chakacha, Chogoro, Mbiwi, SLAM...

Nous avons commencé par le debha, nous allons poursuivre avec le moulidi,une autre manifestation religieuse qui tend aussi à disparaître.

Nous permettrons ensuite aux jeunes qui sont en vacances de se retrouver autour d’une animation dont ils seront les acteurs. On va permettre à ces jeunes de chanter, danser, slamer, montrer leur art.
On a fait venir un invité de marque, un artiste international qui se nomme Iro qui est très connu dans le milieu de la jeunesse et des moins jeunes. Nous avons programmé aussi du chakacha, du chogoro, du mbiwi, tout ça c'est l’esprit du festival FESCUMA, tout ça pour offrir aux artistes en herbe un espace pour s’exprimer.

Un festival en évolution

Nous sommes en 2017 à la 3ème édition. Le festival était assez timide à ses débuts. Depuis la 2ème édition et la 3ème cette année, c'est la montée en puissance pour l' évolution du festival. On a fait en sorte qu' il y ait chaque année des nouvelles manifestations qui font évoluer le festival, qui le fait grandir et le fait connaître de plus en plus du public mahorais mais aussi des habitants de la région de l' Océan indien.

Ouverture régionale

C'est important pour nous que ce festival puisse prendre pleinement sa place au niveau départemental d'une part, mais aussi au niveau régional d' autre part.
Nous faisons en sorte que nos artistes locaux, nos artistes de la commune de Mamoudzou puissent, à travers ce festival, participer à d’autres festivals comme le Sakifo à La Réunion  ou le festival Dounia à Madagascar.

De la même manière, nous souhaitons faire venir d’autres artistes de la région à Mayotte.
Pourquoi ne pas créer des liens entre tous ces festivals pour organiser des spectacles multiculturels, apprendre à connaître la culture des autres, véhiculer la culture musicale mahoraise dans la région.

PROPOS RECUEILLIS PAR EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© EMMANUEL TUSEVO
© EMMANUEL TUSEVO

 
 

Sur le même thème

  • culture

    L - HAD et UTENDE dans LES ENTRETIENS DE MANU sur Mayotte 1ère Radio

    A écouter samedi 14 Octobre à 13 heures et rediffusion dimanche 15 Octobre 2017 à 20 heures sur Mayotte 1ère Radio,
    Emmanuel TUSEVO DIASAMVU vous fait partager un grand moment radiophonique autour de l' art oratoire Utende avec L-Had Dahalani, Philippe Jéree, Patrice Cazals, Moncef. 

  • culture

    Le Magniga revient en force

    A Mayotte dans les festivités d'un mariage,  il y des  incontournables comme le Manzaraka ou encore le chigoma, maisdepuis peu, certaines manifestations traditionnelles longtemps laissées à l'abandon refont surface, c’est le cas du magninga

  • culture

    Le SALIMA a commencé hier

    Le Salon du Livre de Mayotte a ouvert ses portes hier jeudi à la bibliothèque départementale de prêt de Cavani. Une vingtaine d'auteurs de la région a fait le déplacement pour l'occasion.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play