publicité

Un passeur - pilote de "kwassa" en provenance d'Anjouan se rebelle contre les injonctions de la PAF et manque de noyer ses 14 passagers clandestins en pleine mer au nord de Mayotte

Un passeur - pilote de "kwassa" en provenance d'Anjouan a refusé d’obtempérer aux injonctions des agents de la PAF qui tentaient de l’intercepter dans la nuit de dimanche à lundi, en pleine mer,au nord de Mayotte, a indiqué le Commandant Cyril Nadal, Directeur- adjoint de la PAF Mayotte.

A GAUCHE : CYRIL NADAL © PHOTO : EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO A GAUCHE : CYRIL NADAL
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
Un passeur - pilote de "kwassa" en provenance d'Anjouan (Comores) a refusé d’obtempérer aux injonctions des agents de la PAF qui tentaient de l’intercepter vers 23h15 dans la nuit de dimanche à lundi en pleine mer, à M'Tsamboro, au nord de Mayotte, a indiqué, lundi après midi,le Commandant Cyril Nadal, Directeur adjoint de la PAF Mayotte.

Celui-ci précise que le passeur-pilote a manqué de provoquer le naufrage de ses 14 passagers tentant de rentrer clandestinement à de Mayotte " l'eldorado".

" Dans un premier temps, notre équipage, avec l’intercepteur,a essayé d’arraisonner le kwassa en expliquant par haut-parleur au pilote-passeur d'arrêter, de couper le moteur. Mais ce dernier a totalement refusé d’obéir et a effectué diverses manœuvres dangereuses et périlleuses. Il a multiplié des embardées, mettant en péril les 14 passagers à bord du kwassa.", a expliqué le Commandant Cyril Nadal.

"A plusieurs reprises, le pilote-passeur a tenté de percuter l’intercepteur de la PAF et en même temps, armé d’un bâton, il a donné plein de coups de bâtons ainsi qu’un coup de machettes sur la coque du bateau de la PAF. Il a aussi lancé des pierres sur les fonctionnaires de police et sur la carcasse du bateau en occasionnant des dégâts.", a encore ajouté Cyril Nadal.

Il a indiqué par ailleurs qu'à force de faire des embardées, le kwassa s'est rempli d’eau et a coulé.
Tous les passagers qui étaient à bord se sont retrouvés dans l’eau. Parmi eux, une femme (bouéni en mahorais) avec son bébé-nourrisson, deux mineurs.
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : CRA : CENTRE DE RETENTION ADMINISTRATIVE A PAMANDZI
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : CRA : CENTRE DE RETENTION ADMINISTRATIVE A PAMANDZI
Deux fonctionnaires de police se sont jetés à l’eau pendant que les deux autres lançaient des bouées pour repêcher et ramener tout le monde à bord du bateau de la PAF.
Le pilote- passeur ne s’avouant pas vaincu a tenté de s'évader par la nage.

" Il ne voulait pas se laisser attraper. Au bout d’un quart d'heure, il était tellement fatigué qu’il s'est laissé attraper. On l’a hissé sur le bateau et , vu la violence qu'il a manifestée contre les forces de l’ordre, il a été menotté puis, à l’arrivée sur terre dans la nuit, il a été placé en garde à vue.», a également confié Cyril Nadal.

Jusqu'en fin d'après-midi, lundi, au moment de cette interview, la garde à vue se poursuivait, les investigations visant à découvrir davantage d'éléments sur cette filière d’immigration clandestine.

Les 14 passagers clandestins ont subi l’évaluation sanitaire puis une évaluation de leur situation administrative. Comme ils sont clandestins, la préfecture a été sollicitée pour prendre des mesures administratives d’éloignement à leur égard, l’OQTF, obligation de quitter le territoire français. Ils ont été placés au CRA dans la matinée avant leur renvoi à Anjouan dans la mi-journée.

EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU .

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play