publicité

Revue de presse régionale

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le

REUNION

Les journaux annoncent bien sûr le nouveau gouvernement, et la nouvelle ministre de l’outremer Annick Girardin. Mais il y a une autre actualité typiquement réunionnaise :
La deuxième éruption de l'année du Piton de la Fournaise qui a commencé hier soir vers 20 heures s'est arrêté au milieu de la nuit, vers 1 heure du matin. Mais elle pourrait très bien repartir.
 Un volcanologue explique dans le JIR «nous enregistrons une crise sismique et des déformations significatives du volcan qui montrent que le magma se propage vers la surface »
 « Aucune hypothèse n’est donc écartée quant à l’évolution dans les heures à venir. A noter qu’aucun retour visuel n’a pu être fait depuis le sentier du Piton Partage  depuis les du fait des conditions météorologiques défavorables ».
 

COMORES


Grève dans l’éducation  : L’Intersyndicale dénonce des «manipulations de la part du gouvernement» et maintient son mot d’ordre écrit « Al Watwan »

 
Le secrétaire général de l’Intersyndicale des agents de l’Education, Moussa Mfoungoulié, monte au créneau pour dénoncer «les manipulations et autres tentatives de corruption émanant de certains responsables politiques».
 «Le gouvernement a voulu nous intimider en menaçant de s’en prendre à nos salaires du mois de mai si nous ne reprenions pas les cours avant le 15 mai dernier. Nous tenons ici à répéter ce que nous avons dit. Tant qu’il n’y aura pas d’avancements et d’intégrations nous ne nous assiérons plus à la table des négociations».
Le gouvernement aurait demandé un délai de trois mois au minimum pour qu’une commission étudie les dossiers des agents de l’éducation. Seulement voila, les grévistes eux estiment avoir suffisamment attendu et veulent des «actions».
 «S’il n’y a pas de validation du second trimestre, pas de cours et pas d’examens, il n’y aura donc pas de passage et nous aurons passé une année blanche et le gouvernement en est conscient mais semble déterminé à ne pas changer d’avis», affirme Moussa Mfoungoulié
Moussa Mfoungoulié déclare que «certains enseignants ont été corrompus pour faire croire que le syndicat n’est pas solidaire et pour saboter la grève»

MADAGASCAR
 
Kidnapping – Les investisseurs exaspérés titre « L’Express ».
 
Le 91e kidnapping depuis 2000 a visé la famille d’un grand opérateur connu également pour ses investissements dans le social. La situation est devenue chaotique.
Un coup de massue sur la tête. Le rapt d’Yanish Ismaël, fils de Danil Ismaël grand opérateur à la tête du Groupe SMTP qui emploie plus de mille cinq cent personnes, a terrassé d’abord tout le personnel du groupe et ensuite le monde économique. « C’est injuste. Je suis outré qu’on lui fasse cela mais surtout qu’on ne fait rien pour éradiquer ce fléau et protéger les investisseurs », déplore un de ses proches collaborateurs.
Tour à tour les patrons des grandes sociétés sont la cible des ravisseurs. Naza Electronic, Ocean Trade, Caromad, Henri Fraise, Avitech, Conforama, Eureka, Eden et maintenant SMTP ont connu les affres d’un kidnapping. Ils ont été libérés après plusieurs jours de détention et d’angoisse moyennant le paiement d’une rançon, d’habitude assez importante. Les enfants en sortent traumatisés à vie, alors que certains adultes ont subi des tortures. Pire, le jeune Alek n’a jamais été retrouvé. Et cela continue malgré les appels à répétition du Collectifs des Français d’origine indienne, principale cible des ravisseurs. « L’heure est grave. Notre colère est indicible et inexprimable face à la gravité de la situation. Le sentiment d’insécurité est d’autant plus accablant que ces actes barbares restent impunis », devait déplorer le CFOIM dans un communiqué.
À la longue, les investisseurs finiront par quitter le pays les uns après les autres
Si un investisseur comme Danil Ismaël décide lui aussi d’abandonner, on n’imagine pas les préjudices que cela peut causer.
 
« C’est un karana pas comme les autres. Il est exceptionnel. Tous les investissements qu’il fait sont accompagnés d’un projet social. Depuis plusieurs années, il est le principal mécène des Médecins de l’océan Indien qui effectue des tournées dans plusieurs localités de Madagascar dont récemment à Moramanga où les soins sont gratuits. Danil Ismaël construit, réhabilite ou équipe centres de santé ou hôpitaux des enfants un peu partout dans l’île.

Toujours dans « l’Express » s’exprimeJean-Hervé Fraslin élu à l’Assemblée des Français de l’étranger pour la circonscription de l’Afrique centrale, australe et orientale
« Les autorités françaises demandent actuellement la nomination d’un Procureur référent qui coordonnera les enquêtes sur les cas d’enlèvement. Cela permettra de centraliser les données recueillies sur les rapts ayant été commis. Ce magistrat malgache sera en relation permanente avec le Parquet de Paris. La démarche a été lancée depuis quelques mois mais les autorités malgaches ne se sont pas encore prononcées»

Vol de vanille – Des responsables locaux dans le viseur du gouvernement.
 
Sans merci. C’est ainsi qu’ Olivier Maha­faly, Premier ministre, a qualifié la lutte que le gouvernement compte mener contre les vols de récoltes de vanille dans la partie Nord et Nord-Est de Mada­gascar. Des suspects sont identifiés. L’Exécutif semble avoir des responsables locaux dans sa ligne de mire.
« Des responsables locaux trempent dans ces affaires illégales. De lourdes sanctions seront appliquées contre ceux dont l’appartenance ou la complicité avec ces réseaux sont prouvés », a déclaré le chef du gouvernement. Le vol des récoltes de vanille est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce qui amène certaines familles à dormir dans les champs pour surveiller leur bien.
La situation est toutefois devenue délétère depuis quelques mois, car les voleurs de vanille sont immédiatement lynchés à mort par les propriétaires, lorsque ce ne sont pas ces derniers qui sont victimes des sévices des brigands. L’envolée du cours de cet or noir de Mada­gascar sur le marché international serait la source de ce fléau.
« Ces derniers jours, les chefs de l’Exécutif ont fustigé les autorités locales défaillantes et véreuses, brandissant la menace de sanctions exemplaires. Il faudrait, maintenant, passer à l’acte » conclut le journal « L’Express »
.

 Une conseillère municipale d’opposition pique un coup de colère  dans « Madagascar –Tribune ».

« Lalao Ravalomanana accusée de mauvaise gestion financière par l’opposition » titre le journal.
 
 « 382 millions d’ariary, tel est le montant de la voiture de fonction de la maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana » selon le journal (cela fait près de 110 000 € !). Une voiture qui a déjà été utilisée lors de la campagne électorale pour la dernière municipale qui a propulsé l’ancienne Première dame à la tête de la capitale. Aujourd’hui, les époux Ravalomanana appuyés par son équipe à l’Exécutif de la capitale, font acheter leur voiture par les contribuables.
La conseillère d’opposition municipale, Lalatiana Rakotondrazafy  dénonce : « non seulement cette décision d’achat de voiture de fonction de madame le maire n’a pas été discutée au niveau du conseil municipal mais en plus la dotation d’une voiture de ce montant exorbitant ne constitue pas du tout une priorité pour la capitale  », selon la jeune opposante. « Cette enveloppe pourrait très bien servir à construire ou réhabiliter des écoles publiques, remettre en état les routes très délabrées de la capitale….et non satisfaire les caprices de la famille Ravalomanana  »
 

MOZAMBIQUE

 
Une situation qui ressemble à celle dont souffre souvent Madagascar ; l’absence de routes pour acheminer la production agricole. Là il s’agit de la province de Sofala au centre du pays où la récolte de riz est bonne, mais pas moyen de la commercialiser à cause du très mauvais état des routes. Une situation dénoncée dans le journal « Noticias ». Le paradoxe c’est que la pluviométrie importante a permis de réaliser de bonnes récoltes dans cette région, mais en même-temps, cette même pluviométrie a dégradé considérablement le réseau routier au point que les camions ne peuvent plus passer.
Madagascar a souffert exactement du même phénomène dans les années 70. La Grande Ile qui était exportatrice de riz était devenue importatrice uniquement parce qu’il n’y avait pas moyen de transporter les récoltes.



TANZANIE

 
Il n’y a pas d’âge ni de sexe pour voler une voiture. Le journal le « Citizen » rapporte qu’une dame de 70 ans, Fatuma Mohamed, est poursuivie pour avoir volé une Toyota Hiace (minibus) à Dar es Salaam. On a retrouvé le véhicule dans sa cour. La dame a été laissée en liberté sous caution en attendant son procès ainsi que celui de son complice, âgé lui de 36 ans. On imagine que c’est plutôt lui qui a opéré techniquement le vol, encore que ce n’est pas écrit dans le journal, et que c’est bien elle, la dame de 70 ans qui est la principale accusée dans cette affaire peu commune.
 
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play