publicité

Revue de presse régionale

Toute l'actualité de la région 

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
COMORES
L’Ile de Mohéli est touchée par une pénurie de carburant, écrit  le quotidien Al Watwan. On a vécu cela à Mayotte récemment, mais là les raisons sont différentes. En cause : le mauvais temps et une panne des moteurs du navire Djoumbe Fatima qui transporte l’essence depuis la Grande Comore.  Certains en profitent : L’essence se vend au marché noir à 1000 fc le litre (2 euros) . Une situation qui paralyse les activités économiques. Les pêcheurs ne peuvent plus travailler
Pour les habitants de l’île, la solution définitive de ce problème viendra impérativement de la finition des travaux du nouveau dépôt des hydrocarbures à Hoani.
Ce dépôt en construction d’une grande capacité pourra mettre l’ile à l’abri contre toute pénurie pendant au moins 6 mois.

MADAGASCAR
La presse malgache annonce le décès du magistrat Jean Michel Rasolonjatovo. Il a succombé à un cancer. Il s’était rendu célèbre en 2002 en tenant tête au président Didier Ratsiraka qui ne reconnaissait pas l’élection de Marc Ravalomanana. C’est « un clin d’œil historique » écrit le journal « l’Express de Madagascar », au moment où au Kenya, des magistrats s’opposent à la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta. Il y a donc eu un précédent malgache, même si les situations sont différentes.
Jean Michel Rasolonjatovo laisse l’image d’un magistrat intègre et courageux. Patriote  jusqu’à la moelle, il tolèrait mal l’injustice et les abus. Il n’avait pas la langue dans sa poche. Un franc parler qui ne fait pas bon ménage avec la classe politique. Raison pour laquelle, les régimes successifs ne l’ont jamais sollicité. Il n’a pas été nommé à un poste gouvernemental ou à la tête de la Haute  La course au strapontin n’était pas vraiment le dada de cet homme issu d’une famille modeste, qui a trimé pour arriver au sommet de la hiérarchie. Son meilleur poste a été la représentation du pays au sein de l’Onu, à Genève.

MADAGASCAR
Selon l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), six paquebots de  de croisières sont prévus sur la période de novembre 2017 à février 2018 et du mois d’octobre à novembre 2018. Les bateaux de croisière de la compagnie Costa Croisières feront escale à Nosy Be, Diego et Tamatave.
Pour ces régions, la venue d’un bateau de plaisance constitue un événement.
Nosy Bé vient  de mettre en place un comité  «Accueil Croisières». Cette mesure vise à uniformiser et à améliorer l’accueil   dans toutes les escales à Madagascar.
D’après l’ONTM, la destination Madagascar figure dans le catalogue annuel de la compagnie de croisières Costa Croisières. Cette brochure est actuellement en cours de distribution dans les agences de voyages du monde entier. C’est une aubaine pour l’économie locale et nationale. 

LA REUNION
L’ile joue déjà dans une catégorie supérieure en matière de croisières. Et bientôt les touristes pourraient débarquer au port de St Pierre, dans le sud.
Aujourd’hui – explique le site zinfos 974 - c’est une jetée en béton qui s’effrite face aux vagues, mais demain la jetée Est du port de Saint-Pierre pourrait bien accueillir les flots de touristes.

Plusieurs avantages à ce projet, tout d’abord les croisiéristes ne seront plus obligés de débarquer au Port.  "Peut-on encore accueillir ces croisiéristes entre deux containers? Lorsque vous arrivez au port de la Pointe des Galets un dimanche et que l’ensemble des boutiques alentour sont fermées, l’activité reste limitée" déplore Didier Robert, le président de Région.

Ce dernier rappelle la nécessité de pouvoir accueillir un flot de touristes en augmentation constante. "En 2000, nous étions à un total de 1.000 à 2.000 croisiéristes. Pour cette saison 2017-2018, nous en accueillerons 50.000".

De plus, le centre-ville de Saint-Pierre se trouve à quelques minutes de marche à peine du point de débarquement prévu, avec un office du tourisme et toutes les infrastructures permettant un accueil plus chaleureux.

A la une de la presse réunionnaise également Ce mardi, le BTP descendra dans la rue pour exiger des solutions pour sortir la filière de la crise. Patrons et salariés rassemblés en intersyndicale demandent un "plan Marshall" pour le BTP. Un défilé partira, dans la matinée du Jardin de l'Etat à Saint-Denis.

MAURICE
Les travaux du métro léger qui doit relier Port-Louis à Curepipe, dans le centre de l’île, sur 26 km ont commencé vendredi.  La démolition des habitations sur le tracé du métro s’opère dans la douleur, nous dit la presse mauricienne

Les habitants résistent, Les forces de l’ordre ont été mobilisées afin d’assurer la sécurité sur les sites de démolition. L’Express de Maurice raconte que dans un quartier 14 familles ont  assisté à la destruction de leur maison après avoir fait face aux policiers munis de boucliers anti-émeutes indique L’Express de Maurice.  En revanche la tâche des ouvriers s’est révélée bien plus compliquée du coté de La Butte à Port-Louis.

Pris de malaise, une femme a été transportée à l’hôpital. Les familles ont reçu le soutien des habitants du quartier mais aussi d’élus. Ensemble, ils ont bloqué l’avancée des bulldozers. La pression était telle que la Cour Suprême s’est prononcée provisoirement contre la démolition de la maison de cette femme, mais les forces de l’ordre dans la confusion ont refusé d’appliquer cet ordre et ont manu militari évacué le site
« Le Mauricien » écrit à sa une que :  « le gouvernement a eu recours à la manière forte, pour ne pas dire brutale, pour faire évacuer les dernières familles »

Un premier segment de ce nouveau train express doit être opérationnel à partir de septembre 2019 entre Port-Louis et Rose Hill, le deuxième en septembre 2021.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play