publicité

Revue de presse régionale

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
MADAGASCAR
Un éditorial dans la presse réunionnaise à propos de l’épidémie de peste à Madagascar. Un texte qui fait réfléchir, avec cette formule choc :  « un Français vaut plus que 124 Malgaches... »

C’est signé Pierrot Dupuy, patron du site d’information « Zinfos 974 » et cela recouvre une malheureuse réalité : 
«  L épidémie de peste de peste qui touche actuellement Madagascar a débuté il y a déjà plus d'un mois et vient de franchir le cap des 100 morts, avec très exactement 124 décès recensés. De façon officielle car, de l'avis de nombre de personnes sur place, il est plus que probable que le nombre réel de décès soit bien supérieur.

Où pouviez-vous trouver ces infos? Sur la presse malgache, sur Zinfos et sur une partie de la presse réunionnaise, l'autre partie préférant "ne pas affoler la population", soit en n'en parlant pas, soit en minimisant les risques pour les Réunionnais. Et la presse nationale, me direz-vous? Pas un mot jusqu'à ce matin, où brusquement tous les organes de presse se sont mis à en parler. La raison? Parmi les 124 morts figure un Français, résidant depuis de nombreuses années à Madagascar. Ce qui nous fait dire que la mort d'un Français est plus importante que celle de 124 Malgaches... »

A ce propos : L’ambassade de France à Madagascar a adressé un message à ses ressortissants. Message publié dans la presse malgache.
L’ambassadrice de France Véronique Vouland Aneini précise que : « L’Institut Pasteur vient de classer comme cas suspect le décès d’un de nos compatriotes samedi 21 octobre à Tamatave. Cela signifie que des examens complémentaires doivent encore être réalisés pour savoir s’il a été ou non victime de la peste. Cela prendra deux semaines ».
En attendant, l’Ambassadeur de France renouvelle son « appel à la vigilance et à la prudence face à cette épidémie ». Et d’inviter dans la foulée ses compatriotes à vérifier leur inscription au registre des Français et à consulter régulièrement le site de l’Ambassade où une information actualisée est disponible. « Des kits de soin ont été pré-positionnés auprès des 14 agences consulaires et les médecins référents des consulats ont été formés pour vous accompagner », selon le message qui recommande aux ressortissants français de les contacter dès les premiers symptômes, de suivre les consignes et les traitements prescrits. Véronique Vouland Aneini d’expliquer que « la peste est une maladie relativement simple à soigner mais qui doit être traitée rapidement ».

En dehors de la peste, l’autre fléau qui frappe Madagascar est l’insécurité et surtout les kidnappings.

Les enlèvements touchent surtout la communauté Karane – d’origine indienne – qui est très présente dans les affaires. Le journal l’Express affirme que les opérateurs économiques choisissent l’exil : « Le départ. C’est la solution choi¬sie par plu¬sieurs opérateurs économiques, en réponse à l’insécurité qui tend à faire la loi à Madagascar. Alors que les tenants du pouvoir multiplient les roadshows pour convaincre les investisseurs de s’installer dans la Grande île, ceux qui y sont déjà depuis plusieurs années songent de plus en plus au déménagement.
La peur serait la principale raison de ce départ. La peur notamment d’être la nouvelle victime d’enlèvement. Récemment, Yanish Ismaël, fils du propriétaire du groupe SMTP, enlevé le 14 mai, a expliqué le choix de sa famille de déménager à l’île Maurice, après sa libération. Une décision motivée essentiellement par des raisons sécuritaires.

Plus de quatre-vingt-dix rapts, essentiellement de membres de familles d’opérateurs d’origine indo-pakistanaise sont recensés. Cet exode dû à l’insécurité physique des opérateurs pourrait plomber les ambitions de Madagascar à relancer rapidement l’économie » conclut le journal.

LA REUNION
Attention aux arnaques au téléphone qui se multiplient à la Réunion


Le site « Zinfos 974 » dit qu’il faut être prudent, « une nouvelle vague d'arnaques téléphoniques touche La Réunion.
La technique utilisée est celle du ping-call. Le téléphone ne sonne que quelques secondes, afin qu'un appel en absence soit noté, incitant l'utilisateur visé à rappeler le numéro, qui est en fait un numéro surtaxé.
Des appels en provenance des îles Tonga ont notamment été relevés, avec un indicatif +676, mais il peut s'agir d'autres pays étrangers. Parfois, certaines arnaques passent même par un numéro "classique" mais laissent un message incitant à rappeler un numéro surtaxé. 
En 2016, plus d'1,6 million de spams frauduleux ont été signalés »

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play