publicité

Revue de presse régionale du 13 novembre

A la Réunion on a commémoré ce dimanche le premier anniversaire de la mort de Paul Vergès.

  • Bruno Minas
  • Publié le
LA RÉUNION
A la Réunion on a commémoré ce dimanche le premier anniversaire de la mort de Paul Vergès.
__________________________________________________
Paul Vergès s’est éteint le 12 novembre 2016 à l’âge de 91 ans. Une vie d’homme politique plus que bien remplie. De nombreuses années dans l’opposition, suivies de nombreuses autres années à la tête de l’institution régionale. "Il a façonné La Réunion d’hier, d’aujourd’hui et pour l’avenir" a déclaré hier un de ses partisans
Un an après sa disparition, les dirigeants et militants du Parti communiste réunionnais ont tenu à rendre hommage à l’homme politique. Un cérémonie  a eu lieu au cimetière paysager du Port où il a été inhumé aux côtés de son épouse Laurence.
Mais la grande famille communiste est aujourd’hui désunie.
Une cérémonie à laquelle son fils Pierre Vergès n'a pas été invité – explique le site « Zinfos 974 ». Pierre Vergès est donc venu se recueillir sur la tombe de son père, avant la cérémonie organisée par le PCR avec lequel les relations sont coupées depuis quelques années.


COMORES
A Moroni, les partisans du rattachement de Mayotte aux Comores ont célébré la « journée Maoré »
________________________________________
Le 12 novembre 1975 est la date de l’adhésion des Comores aux Nations unies, dont l’une des résolutions consacre l’appartenance de Mayotte aux Comores. Le 12 novembre marque donc la “Journée Maoré ».
La journée s’est ouverte par une projection d’extraits de films donnant la parole à des Mahorais partisans de l’unité des Comores.  On ne les entend jamais par ici, mais le journal  « Al Watwan » évoque  ces Mahorais qui ont dit “non à la départementalisation”. Ils évoquent, pour soutenir leur position, une “perte des valeurs” et une “assimilation forcée”. Ils appellent à “ne pas renier les origines”. La départementalisation, selon eux, est un “oubli de l’histoire” commune des quatre îles.
La “grande question”, celle qui revient souvent écrit le journal est : “le combat mène-t-il quelque part ?” La vie, prétextent certains, est bien meilleure à Mayotte, et jamais les Mahorais ne voudront revenir dans les difficultés qui sont les nôtres. Certes, rétorque Idriss Mohamed, l’un des plus déterminé des partisans de Mayotte comorienne, « les Mahorais bénéficient de bons hôpitaux et de salaires attrayants, mais cela n’est que de la “poudre aux yeux”. Ces avantages ne profitent pas à tout le monde »

MADAGASCAR
Une nouvelle tentative d’enlèvement à Madagascar. Une fois encore c’est la communauté Karane qui était ciblée.
___________________________________________
Cette fois la jeune Ashna Oukabay a eu de la chance. Le 4X4  dans laquelle elle se trouvait a été pris en chasse par des ravisseurs. Un véritable scénario de film d’action que raconte « Midi-Madagascar ». Au bout d’une course poursuite, la voiture des ravisseurs a percuté le 4X4 lui coupant la route. Le chauffeur et la jeune fille se sont enfuis à pied avec les ravisseurs armés aux trousses dans des petites ruelles du quartier d’Ambatobe ; ils ont réussi à se mettre à l’abri dans maison et les bandits ont vu arriver une patrouille de gendarmes. Ils sont repartis vers leur voiture mais n’ont pas réussi à la redémarrer, alors ils ont braqué un autre véhicule et là ont réussi à prendre la fuite. La jeune Ashna est quitte pour une belle frayeur.
Elle fait ses études à Londres et elle était venue à Antananarivo pour assister au mariage de son frère.


MADAGASCAR
2017 ne sera pas une très bonne année pour les letchis.
_____________________________________________
Madagascar fait partie des grands pays exportateurs de Letchis comme l’Inde, la Chine, le Vietnam. Mais sa situation dans l’hémisphère sud lui permet d’être le Numéro 1 mondial à l’époque de Noël où l’on consomme beaucoup de letchis sur les tables françaises, belges, allemandes, britanniques…

Chaque année des dizaines de gros bateaux viennent charger les letchis dans le port de Tamatave dans une ambiance fébrile car la saison de la récolte est courte.

Cette année cependant, « la récolte de litchi n’accuse pas non seulement du retard mais sera aussi plus faible en terme de production » écrit l’Express de Madagascar ; en cause : le manque de pluie..

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play