publicité

Amnistie en Australie : plus de 50 000 armes récupérées

Les États australiens décrètent de temps à autres des amnisties mais il s'agit de la première à l'échelle nationale depuis la tuerie de masse de Port Arthur, en Tasmanie du Sud, en 1996. 

Le chef de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud, Wayne Hoffman, lors d'une conférence de presse sur une saisie d'armes, le 8 août 2017 à Sydney © AFP
© AFP Le chef de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud, Wayne Hoffman, lors d'une conférence de presse sur une saisie d'armes, le 8 août 2017 à Sydney
  • Loreleï Aubry avec AFP
  • Publié le , mis à jour le

Plus de 50.000 armes à feu ont été récupérées en Australie dans le cadre d'une amnistie permettant à leurs détenteurs de les rendre sans être inquiétés, ont annoncé vendredi les autorités. Cette campagne de trois mois était la première menée dans l'ensemble du pays depuis une tuerie de masse qui avait fait 35 morts en 1996 en Tasmanie du Sud.

L'opération s'est achevée ce week-end, peu avant le massacre de 58 personnes à Las Vegas par un retraité de 64 ans, qui a relancé le débat sur le contrôle des armes. Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull s'est félicité vendredi de la "réponse extraordinaire" à la campagne de récupération des armes. "L'Australie possède une des lois de contrôle des armes les plus fortes, mais les armes illicites demeurent une menace pour la population", a-t-il dit. Et de poursuivre, "Grâce à cette amnistie, il y a désormais 50.000 armes à feu en moins dans les rues".
                 
Avant de lancer cette opération, le gouvernement avait estimé à 260.000 le nombre d'armes illicites en circulation. Dans ce contexte, l'amnistie permettait aux gens de rendre des armes illicites ou non voulues sans qu'aucune question ne soit posée. La possession illégale d'arme à feu est en temps normal passible d'une amende de 280.000 dollars australiens soit 22 200 000 XFP ou de 14 ans de réclusion.
                  
L'objectif de l'amnistie est notamment de lutter contre le terrorisme et les fusillades entre bandes armées.
Au total, 13 attentats ont été déjoués en Australie depuis septembre 2014. Certains projets se sont cependant matérialisés, comme l'attaque d'un café de Sydney en décembre 2014 dans laquelle deux otages ont péri. Plus grave encore, en 1996, Martin Bryant avait abattu 35 personnes à l'arme semi-automatique à Port Arthur, ancien centre pénitentiaire et site touristique de l'île de Tasmanie, dans le sud du pays. Ce massacre avait ébranlé l'Australie. Le Premier ministre de l'époque, John Howard, avait alors durci la loi sur les armes, avec l'interdiction de certaines d'entre elles, l'introduction de permis et le relèvement de l'âge minimum requis.
                 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play