publicité

Un ancien fonctionnaire de la mairie de Nouméa accusé de corruption passive

5 ans de prison dont 2 avec sursis, c’est la peine requise par le ministère public, ce lundi, à l’encontre d’un ancien fonctionnaire de la mairie de Nouméa accusé de corruption passive. Il avait fait attribuer des marchés à des entreprises qui le rémunéraient en salaires.

© Claude Lindor
© Claude Lindor
  • Isabelle Peltier
  • Publié le
Les faits remontent à 2006 et se sont poursuivis jusqu’en 2012. Cet ancien fonctionnaire de la mairie de Nouméa, responsable technique au service des sports, était notamment chargé de définir les caractéristiques des projets de la ville devant faire l’objet d’appels d’offre ou de marchés de gré à gré.

D’abord rémunéré en liquide par les deux sociétés accusées de corruption active dans ce dossier, il a pris en 2006 une patente, et se faisait ainsi payer sur factures. Le fonctionnaire conseillait les entreprises amies pour qu’elles puissent répondre sur-mesure au cahier des charges et proposer les devis les moins coûteux. Au passage, des devis concurrents s’égaraient ou des erreurs se glissaient dans les tableaux récapitulatifs. Quand ses deux partenaires obtenaient les marchés, il leur demandait une participation sur les bénéfices à hauteur de 40%.

Le verbe haut et l’accent chantant, cet ancien fonctionnaire a toujours nié avoir été corrompu. « A aucun moment je n’ai fait de tort à la mairie, qui n’a jamais perdu d’argent », a-t-il plusieurs fois déclaré.  En 7 ans, il a quand même touché 46 millions de la part de ses partenaires. Ces derniers ont fait  valoir à la barre, les prestations qu’il aurait réalisées pour leurs entreprises, plutôt que les pots-de-vin versés pour service rendu, à savoir, l’obtention de marchés.

Le ministère public a retenu le délit de corruption et requis à leur encontre deux ans de prison avec sursis pour l’un, avec un an ferme pour l’autre – celui qui avait obtenu le plus de marchés. En plus de 3 ans de prison ferme, le ministère public a requis à l’encontre de l’ancien fonctionnaire, la privation de ses droits civiques, l’interdiction de gérer une société pendant 5 ans, et 10 millions d’amende. A l’encontre des deux entreprises, en plus de la prison, l’interdiction de répondre à des marchés publics durant 5 ans et – respectivement – 7 et 10 millions d’amende. Le jugement a été mis en délibéré au 11 avril prochain.
 

Sur le même thème

  • justice

    De jeunes multicambrioleurs devant le tribunal

    Cinq jeunes hommes ont été condamnés vendredi 21 juillet par le tribunal correctionnel, pour vol en réunion avec effraction et dégradation de biens. Ils avaient commis de nombreux cambriolages sur les secteurs de Païta et du Mont-Dore, entre juillet et août 2016.

  • justice

    Un an et demi de prison pour avoir foncé sur des policiers

    Un jeune homme de 22 ans a été condamné jeudi à dix-huit mois d’emprisonnement. En avril, très alcoolisé, il avait foncé sur des policiers au Mont-Dore. Il était accompagné d’une dizaine de personnes, qui avaient choisi délibérément leurs cibles.

  • justice

    Condamné pour un vol de 4 000 francs

    Cet ex-employé de l’OPT, a payé cher un moment d’égarement. Il avait utilisé une carte bancaire trouvée dans un courrier. Le tribunal l’a condamné à 4 mois de prison avec sursis et l’interdiction d’exercer dans la fonction publique pour une durée de 3 ans.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play