publicité

Apprendre à ne pas transmettre des clichés sexistes

Par une convention signée mercredi, le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie et ses partenaires se sont engagés à communiquer auprès des scolaires sans stéréotypes de sexe. Nous sommes allés questionner des écoliers sur les idées reçues en la matière.

Rose pour les filles ? Bleu pour les garçons? Des enfants se sont exprimés sur quelques images reçues. © NC 1ère / Sylvie Hmeun
© NC 1ère / Sylvie Hmeun Rose pour les filles ? Bleu pour les garçons? Des enfants se sont exprimés sur quelques images reçues.
  • Nadine Goapana, Sylvie Hmeun et F.T.
  • Publié le
Communiquer autrement, pour ne pas transmettre à nos enfants des discriminations qui enferment les femmes et les hommes dans des rôles sexués. Voilà l’idée de la convention signée mercredi après-midi à Nouméa entre le vice-rectorat et ses partenaires réunis dans le comité des 3E («éducation à l’égalité à l’école»). Tels que le Centre de documentation pédagogique, le centre Tjibaou ou la Maison du livre.

«Devoir d'exemplarité»

Par ce document, ils s’engagent à éviter une utilisation discriminante du langage quand ils s’adressent aux scolaires. «En matière de communication, peut-être encore davantage qu’ailleurs, les institutions ont un devoir d’exemplarité, souligne cette convention d’engagement : discours, colloques, affiches, vidéos, sites web, textes officiels, nomination des équipements et des rues… les supports sont variés et nombreux, comme le sont les leviers pour éviter de diffuser voire renforcer des stéréotypes de sexe.»

«Faible part des expertes»

Le texte, à retrouver ci-dessous, poursuit ainsi : «L’invisibilité des femmes dans l’usage de la langue, l’enfermement des femmes et des hommes dans des rôles limitants et la faible part des expertes invitées à s’exprimer dans les réunions ou séminaires renforcent les stéréotypes et les inégalités. Promouvoir une communication libérée des stéréotypes de sexe permet à toutes et à tous une ouverture du champ des possibles pour une société égalitaire.»

«Nous ne sommes pas des servantes»

Alors, comment lutter contre les clichés sexistes à l’école? Nadine Goapana et Sylvie Hmeun se sont rendues dans un centre de loisirs au Pont-des-Français, et ont fait réagir des enfants âgés de six à onze ans sur des idées reçues que notre société véhicule.
CLICHES SEXISTES

L'invitée

Un sujet développé dans le journal télévisé d’hier soir. Thérèse Waïa recevait Véronique Lehoullier-Mollot, référente académique de la mission Prévention des discriminations et égalité entre les filles et les garçons.
INVITE-SEXISME

Recommandations

Il ne reste qu’à mettre en pratique! Eviter l’expression « nom de jeune fille» ou accorder les termes de métier, voici quelques recommandations du comité des 3E pour aller dans le sens d’une communication qui n’est pas discriminante.

 

Sur le même thème

  • Jeunesse

    Triple «big up» à la jeunesse de Dumbéa

    Le «Big Up Day» a mis l’ambiance au skatepark de Koutio, ce samedi. Des centaines de jeunes ont participé ou assisté à cette troisième édition depuis que le rendez-vous est proposé par la ville de Dumbéa. Avec une course colorée en plus des démonstrations autour des cultures urbaines.

  • Jeunesse

    Réapprendre les règles pour se remettre dans le droit chemin

    Une dizaine de jeunes, petits délinquants, âgés de 14 à 17 ans participe depuis lundi à un chantier école consistant à repeindre les murs du musée de la Nouvelle-Calédonie. Ce travail permet à ces jeunes de commencer à prendre un peu confiance en eux.

  • Jeunesse

    Les Scouts de Saint Jean-Baptiste font leur rentrée

    Ce dimanche matin à Val Fleuri dans la commune de Dumbéa, c'était jour de rentrée pour les Scouts de Saint Jean-Baptiste. Cette cérémonie d'ouverture a permis de fêter le passage au grade supérieur et d'accueillir de nouvelles recrues. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play