publicité

Australie: les jeunes à l'école du crime

Le gouvernement du Victoria persiste et signe. Il entend bien maintenir une douzaine de délinquants mineurs dans un des quartiers de la prison de haute sécurité pour adultes. 

© ABC Radio Australia
© ABC Radio Australia
  • Caroline lafargue
  • Publié le
La polémique enfle depuisnovembre, quand des dizaines de détenus ont déclenché une grande émeute qui a duré 18h à l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Parkville, à Melbourne. La police a eu le plus grand mal à maîtriser les jeunes délinquants, qui ont eu le temps de détruire 60 lits.
 
Jenny Mikakos, la ministre de l'Enfance et de la Famille au sein du gouvernement travailliste du Victoria, a alors décidé de faire des travaux dans l'établissement de Parkville, pour renforcer les dispositifs de sécurité dans les bâtiments. Les travaux pourraient prendre plusieurs mois. 
 
En attendant qu'ils soient achevés, Jenny Mikakos a fait transférer une trentaine de détenus mineurs de Parkville à un autre établissement pour mineurs, Malmsbury. Et une douzaine d'autres ont été placés dans une des ailes de la prison de haute sécurité pour adultes de Barwon, tout près de Melbourne. D'après le quotidien The Guardian Australia, ces délinquants mineurs seraient tous en détention provisoire en attente de leur jugement. 
 

La détention de mineurs dans une prison pour adultes, jugée illégale 

 
Leurs avocats ont contesté leur transfert dans la prison pour adultes. Les juges leur ont donné raison mercredi dernier. La cour d'appel du Victoria a confirmé un jugement antérieur qui déclare illégale la détention des mineurs dans une prison pour adultes. 
 
Mais la ministre Jenny Mikakos n'a pas appliqué cette décision de justice. Les 12 délinquants mineurs sont toujours détenus à la prison pour adultes. Le gouvernement du Victoria a simplement mis en place plus de services d'éducation et de santé pour ces mineurs à Barwon. Après cette remise à niveau rapide, la ministre a entamé des démarches pour faire homologuer ce quartier de la prison de Barwon comme établissement pénitentiaire pour mineurs. 
 
L'avocate Ruth Barson travaille au centre des droits de l'homme (Human Rights Law Centre), une ONG australienne, qui représente une partie des délinquants transférés. « Je pense que le gouvernement montre le pire exemple possible aux jeunes qui sont dans le système de justice pénale. Il est très important d'apprendre aux jeunes à demander pardon pour leurs méfaits, et qu'on doit être puni quand on enfreint la loi. Or l'attitude du gouvernement a été nettement amorale, et en premier lieu, illégale, car il a fait détenir des mineurs dans une prison et que la plus haute cour du Victoria a jugé cela illégal », a-t-elle déclaré sur ABC. 
 

La compagnie des détenus adultes, un moindre mal, selon la ministre

 
Pour la ministre de l'Enfance et de la Famille, Jenny Mikakos, les 12 délinquants mineurs vivraient dans de meilleurs conditions à la prison de Barwon que dans l'établissement pour mineurs de Malmsbury, qui est totalement surpeuplé. 
 
« Les avocats sont censés agir dans l'intérêt de leurs clients, pour leur bien-être, mais ils n'ont pas réussi à comprendre que l'alternative serait de placer ces jeunes délinquants dans les quartiers surpeuplés d'un autre centre pénitentiaire, et de devoir en placer certains à l'isolement. Ils n'auraient donc pas accès aux infrastructures et services qui sont à leur disposition à la prison de Barwon. Les avocats de ces jeunes font une fixation idéologique contre la décision du gouvernement de transférer ces délinquants mineurs à la prison de Barwon, mais ce faisant, ils vont à l'encontre des intérêts de leurs clients », dénonce Jenny Mikakos. 
 
Les avocats du Human Rights Law Centre ont prévenu qu'ils ne comptaient pas en rester là. Ils pourraient contester la décision du gouvernement du Victoria. 
 

Les travaux pourraient prendre plusieurs mois. 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play