publicité

Une cure de vitamine B3 pourrait prévenir les fausses couches

Une cure de vitamine B3, présente à l'état naturel dans la viande et les légumes, pourrait se révéler un remède contre les fausses couches dues au déficit d'une molécule dans le corps. C’est ce que développe une étude scientifique australienne présentée jeudi.

Le professeur Sally Dunwoodie entourée de son équipe. © Victor Chang Cardiac Research Institute
© Victor Chang Cardiac Research Institute Le professeur Sally Dunwoodie entourée de son équipe.
  • AFP (F.T.)
  • Publié le
L'étude a été publiée dans le New England Journal of Medicine. Elle montre que le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) est une molécule qui a besoin d'un taux suffisant de vitamine B3 pour se développer. Et que son déficit chez les femmes enceintes empêche le bon développement des embryons, causant fausses couches et handicaps dans les cas où la grossesse aboutit.
 

«Douze ans de recherches»

«Après douze ans de recherches, notre équipe a découvert que cette déficience peut être traitée et des fausses couches et handicaps à la naissance empêchés, en prenant une simple vitamine», explique Sally Dunwoodie, chercheur au Victor Chang Cardiac Research Institute de Sydney. Elle s'enthousiasme pour le «potentiel» important de cette découverte afin de «faire reculer le nombre de fausses couches et de handicaps de naissance à travers le monde».
 

«Une découverte médicale historique»

Le ministre de la Santé australien, Greg Hunt, a salué jeudi cette découverte comme «une découverte médicale historique» et «un nouvel espoir pour les femmes», dont un quart ont été confrontées au cours de leur vie à une fausse couche.
 

Mutations génétiques

Les scientifiques ont étudié les gènes au sein de familles aux multiples fausses couches et handicaps de naissance. Ils ont découvert des mutations génétiques affectant la production de la molécule NAD. Ils ont ensuite mené des tests sur des souris femelles. Grâce à la prise de gélules de vitamine B3, connue sous le nom de niacine, les chercheurs ont découvert une amélioration sur le développement des embryons de ces souris porteuses d'une déficience en NAD.
 

Repérer les sujets à risque

«Avant l'introduction de vitamine B3 dans l'alimentation des mères souris, soit les embryons étaient perdus lors d'une fausse couche, soit ceux qui naissaient souffraient d'importants handicaps», précise le Victor Chang Institute. «Une fois l'alimentation changée, les fausses couches et handicaps de naissance ont été totalement évités», ajoute l'institut. La prochaine étape des chercheurs est de créer un test permettant de repérer les femmes ayant un risque de déficience de NAD, afin de leur faire prendre des suppléments de vitamine B3.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play