publicité

45 secondes d'éternité (22 août 2017)

C’est l’histoire de trois potes, des passionnés de parachutisme ... membres de l’équipe de France. Des champions de  chute libre ...  une discipline où s’enchaînent pendant 45 secondes des chorégraphies aériennes millimétrées à plus de 250 km heure.

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le , mis à jour le
Revoir l'émission
Pendant un mois, Sébastien Chambet, entraîneur des équipes de France de freefly et de freestyle, va sillonner avec deux de ses amis, Vincent et Jim,  la Nouvelle-Calédonie, la tête dans les nuages ...

Leur enjeu : sauter sur les plus beaux sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco

Un rêve de longue date pour ces acrobates du ciel, voyageurs insatiables en quête de nouveaux défis.  Sébastien, Jim et Vincent nous font la promesse d’aventures trépidantes faites d’instants de grâce suspendus dans les airs, de figures périlleuses flirtant avec les nuages, de séquences haletantes jonglant avec les imprévus, mais aussi de rencontres humaines et chaleureuses, les pieds bien sur terre.

Car derrière l’aventure et l’exploit technique, l’équipe des fous volants sillonne les territoires pour échanger avec les populations locales. En partageant leur passion de la chute libre, des liens se tissent et des rencontres s’opèrent, les emmenant à la découverte de l’histoire et de la culture locale.

Mais la mission est loin d’être gagnée : ils vont devoir obtenir les autorisations auprès des tribus pour atterrir sur des lieux sacrés, affronter une météo capricieuse et négocier des approches périlleuses entre mer et mangrove.

Réussiront-ils leur pari ? Pourront-ils aller jusqu’au bout de leur rêves calédoniens ?

De l’aventure à l’état brut pour 45 secondes d’éternité : un tourbillon d’adrénaline au cœur des traditions séculaires du bout du monde.


Entretien avec Sébastien Chambet, entraîneur des équipes de France de freefly, co-auteur du film


Comment est né ce projet fou de sillonner la Nouvelle-Calédonie, la tête dans les nuages ?
Je suis venu une première fois en Nouvelle-Calédonie en 2012, pour former des moniteurs de freefly, à la demande du club de la Foa. C'est là que l'idée de sauter sur les plus beaux spots de l'île a pris naissance.
Je suis revenu 2 ans après, pour former de nouveaux moniteurs, et là j'ai commencé à faire des repérages au dessus du coeur de Voh. C'était la toute première idée du projet, sauter au dessus du coeur le jour de la St Valentin !
J'ai écrit le scénario avec mon ami Thomas Escudié (qui était un de mes élèves parachutistes 10ans plus tôt) et qui souhaitait se lancer dans la production audiovisuelle.
Le projet s'est monté comme cela, et je l'ai présenté aux instances Calédoniennes pour validation.
Au total cela m'a demandé presque 1 an de travail pour monter ce projet qui nous a permis de sauter au dessus de 7 sites incroyables.

Pourquoi avoir choisi la Nouvelle-Calédonie ?
C'est ici que sont concentrés les pus beaux endroits que l'on peut survoler… Le coeur de Voh, le trou bleu, Ouvéa, Poe etc..
J'ai beaucoup d'amis ici, et cette île me touche particulièrement.

Combien de temps êtes vous restés sur le territoire ?
Nous sommes restés un mois. En semaine nous tournions nos images sur les différents endroits, et en week-end nous donnions des cours de parachutisme sur le centre de OuaTom, à la Foa.
Avec mes coéquipiers de l'équipe de France de freefly, Vincent et Jim, nous pouvons offrir des cours dans de nombreuses disciplines (freefly, wingsuit, formation premier saut etc…)

Quelles sont les personnalités qui vous ont marquées que vous avez rencontrées ?
Il y en a eu beaucoup! Nous avons eu un accueil tellement chaleureux à chaque fois.  Marie Lucette à Ouvéa nous a ouvert les bras et nous a laissé un bon souvenir. Il y a eu aussi les rencontres avec la tribu de Gatope, le partage avec les enfants sur le pont de Mouly, les discussions passionnantes a Lifou etc.. C’était vraiment un voyage authentique et extraordinaire !

Quelles sont les bons souvenirs que vous gardez ?
Le saut au dessus du coeur restera un moment mémorable. C'était très chargé en émotions. Il y a eu aussi le trou bleu, un saut dans l'eau qui a nécessité beaucoup de préparation. Les couleurs vives, et l'absence de visuel sur la Terre en ont fait un saut unique.

Quels sites les calédoniens vont-ils revisités à travers vos sauts ?
J'espère que ce film donnera envie de visiter les sites que nous avons survolé... Tout n'apparaît pas dans le film, mais nous sommes aussi aller tourner à l'Île des Pins.

Si les gens de métropole qui voient ce film ont juste envie de venir découvrir la Nouvelle Caledonie, alors pour nous c'est gagné ! C'était le but premier de ce projet.
Au total il y a eu Lifou, Ouvéa, Poe, La Foa, le coeur de Voh, le trou bleu, l'île des Pins, Nouméa au kuendu beach.

Comment vous êtes vous organisés pour filmer depuis le ciel ?
Je me suis spécialisé depuis plus de 10 ans dans la prise de vue aérienne. Nous avions des cameras fixées sur nos casques, sur nos ventres ou nos pieds. Je suis aussi équipé d'un appareil photo Reflex sur mon casque, je prends les photos avec un déclencheur buccal, et je sautais souvent avec 2 cameras en même temps. Mes coequipiers avaient aussi des caméras avec eux.
De temps en temps Thomas nous accompagnait dans l'avion pour prendre les sorties avec sa camera, depuis l'intérieur de l'appareil.

Où vont se dérouler vos prochaines aventures ?
Nous sommes en train de preparer un projet sur l'île de La Réunion. Avec l'aide de Grand Angle Production et d'Archipel Production, il est possible que ces projets se fassent régulièrement sur l'ensemble de l'Outre Mer.
A suivre...
présenté par

publicité
vos programmes tv
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play