publicité

Faute de subventions, l’ASEA est menacée de disparition

La structure qui accompagne depuis 60 ans les personnes fragilisées se trouve en grandes difficultés. Les collectivités qui la financent par le biais de subventions, affichent pour certaines un retard de paiement de plus d’un an. Un plan de redressement a été proposé.

L'ASEA oeuvre pour la protection des personnes vulnérables en Nouvelle-Calédonie. © ASEA
© ASEA L'ASEA oeuvre pour la protection des personnes vulnérables en Nouvelle-Calédonie.
  • Malia-Losa Falelavaki
  • Publié le
Des enfants et des adultes pris en charge parfois dans l’urgence au sein du foyer, des aides éducatives à domicile ou en périscolaire, des familles accompagnées… autant de missions menées par l’ASEA. L’association intervient dans les communes de la province Sud et de la province Nord et sans financement des collectivités les missions de l’Association de sauvegarde de l’enfance en danger ne peuvent être assurées. « Nous avions négocié des découverts bancaires. Ces découverts ont été dépassés et la banque a dit on ne suit plus donc nous avons été obligés de nous mettre sous protection de la justice. Nous avons été en redressement judiciaire pendant 18 mois » affirme Marc Pelofy, le directeur de l’ASEA.

« Inadmissible et irresponsable de la part des leaders politiques »
Si la situation s’est compliquée, c’est à cause des responsables politiques regrette t-il « Les collectivités ne répondaient pas aux demandes de l’administrateur judiciaire pour faire avancer les choses. Ce qui est inadmissible et irresponsable de la part des leaders politiques car nous accueillons des jeunes en difficultés et c’est l’avenir de ce pays. C’est l’avenir de ces jeunes, eux-mêmes victimes de violence, car si on ne s’en occupe pas ils deviendront des délinquants et ils commettront des troubles qui hélas feront des dégâts sociaux donc aujourd’hui nous sommes toujours en conflit avec certaines collectivités. »

Plan de redressement
Un plan de redressement a été présenté notamment sur l’étalement des dettes. Il devait être conforté et approuvé de manière définitive au mois d’octobre, précise l’association. Mais elle sait d’ores et déjà que le foyer d’adolescents en province Sud fermera au 31 décembre prochain. Une décision de la collectivité qui n’a pas souhaité faire de commentaires sur ce dossier.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play