publicité

Une journée pour libérer la parole autour du suicide

La prévention du suicide a été au cœur d’un moment d’échange, samedi, à l’île des Pins. Il s'agissait de libérer la parole, et d’aider à repérer les signes avant-coureurs de ce fléau qui touche en particulier les jeunes.

Un moment organisé par la province Sud et l'association des femmes kunié. © Jeannette Peteisi (F.T.)
© Jeannette Peteisi (F.T.) Un moment organisé par la province Sud et l'association des femmes kunié.
  • Jeannette Peteisi (F.T.)
  • Publié le
Le suicide, un acte souvent incompris par l’entourage de la victime. Les familles semblent désemparées face à ce drame. Joanna Paouro témoigne en tant que maman, et présidente du marché des femmes de Vao.
«Aujourd’hui les jeunes ne se confient pas»

Un suicide par an à Kunié

En Nouvelle-Calédonie, on enregistre trente décès par suicide en moyenne, chaque année. A Kunié, c’est un par an. Le dernier était un jeune homme de 27 ans. Pour Marie-Jeanne Bourebare, présidente des femmes de l’île des Pins, le suicide est l’affaire de tous.
«Ça affecte l’île»

«Repérer les signes»

Fanélie Boucharlat est psychothérapeute de l’U-Pass, l’Unité provinciale d’actions sociales. Elle se rend tous les 15 jours sur l’île des Pins. «La première difficulté est d’arriver à repérer les signes, énumère-t-elle : des changements de comportement, de la tristesse, quelqu’un qui va s’isoler, qui n’a plus envie de parler, qui perd confiance en soi.»

C'est la deuxième année que Kunié relaie la Journée mondiale de prévention du suicide. © Jeannette Peteisi (F.T.)
© Jeannette Peteisi (F.T.) C'est la deuxième année que Kunié relaie la Journée mondiale de prévention du suicide.

«Le travail de chacun»

Elle continue: «La deuxième difficulté va être d’essayer de l’aider à exprimer, de parler autour de cette souffrance. Le travail de chacun d’entre nous, de la population comme des professionnels, c’est d’arriver à montrer qu’il existe d’autres solutions.»

Entre quinze et 34 ans

En Nouvelle-Calédonie, la catégorie d’âge la plus touchée est celle des quinze - 34 ans. A savoir que le suicide est la deuxième cause de décès chez les jeunes après les accidents de la route.

Sur le même thème

  • Jeunesse

    Une journée citoyenne au lycée Do Kamo

    Comme chaque année, le personnel et l’ensemble des élèves participent à l’embellissement du lycée. Au programme : plantations, peinture, réparations et nettoyage dans la rue Taragnat  à la Vallée des Colons et aux alentours du lycée.

  • Jeunesse

    Un festival de jeunesse

    Ce samedi 12 août, la Nouvelle-Calédonie relayait la Journée internationale de la jeunesse. Par exemple à Nouméa à travers le Jeunessfestival qui a mis l’ambiance à l’hôtel de la province Sud.

  • Jeunesse

    Apprendre à ne pas transmettre des clichés sexistes

    Par une convention signée mercredi, le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie et ses partenaires se sont engagés à communiquer auprès des scolaires sans stéréotypes de sexe. Nous sommes allés questionner des écoliers sur les idées reçues en la matière.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play