publicité

Martine Cornaille : «Depuis onze ans, je sers l'intérêt public»

D'ici la fin du mois, Martine Cornaille pourrait être débarquée de la présidence de l’Œil : l'Observatoire de l'environnement en Nouvelle-Calédonie a voté le principe de sa révocation. Invitée hier de notre journal télévisé, la voix d'Ensemble pour la planète a longuement évoqué le sujet.

© NC 1ère
© NC 1ère
  • Dave Wahéo-Hnasson et Yvan Avril, avec F.T.
  • Publié le
Son credo : l’environnement et la santé publique, défendus sur les terrains de l'industrie, de l'agriculture, de l'assainissement… Au fil des sujets défendus au nom d'EPLP, l'association Ensemble pour la planète, sa présidente Martine Cornaille est devenue la bête noire de certains industriels, et pas seulement. Dave Wahéo-Hnasson évoque quelques-uns de ses combats.
V2 LES COMBATS DE MARTINE CORNAILLE

Révocation

Celle qui dirige depuis juillet 2015 l'Œil, l'Observatoire de l'environnement en Nouvelle-Calédonie, pourrait être tenue de quitter cette présidence onze mois avant la fin de son mandat. Le 2 août, le conseil d'administration de l'instance a voté le principe de sa révocation, qui doit être entérinée à la fin du mois.

«Infondée»«injurieuse» mais «légale»

Invitée d'Yvan Avril lors du JT d'hier, Martine Cornaille a longuement évoquée une décision «infondée», «injurieuse», «profondément injuste» mais «légale». EPLP doit réunir mercredi un conseil d'administration de crise. «On ne pourra pas se battre sur le terain juridique, a dit sa dirigeante. Mais peut-être qu’il est encore temps, au travers d’une mobilisation citoyenne, de peser sur la décision qui sera prise à la fin du mois.»
INVITE-CORNAILLE
 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play