publicité

La Papouasie augmente la pression sur les réfugiés du camp australien de Manus

Les autorités de Papouasie ont augmenté la pression, ce lundi, pour forcer des centaines de réfugiés à quitter un camp de rétention australien qui vient d'être fermé, en perçant leurs réserves d'eau et en renforçant les effectifs de police à proximité.

Des demandeurs d'asile dans le centre de rétention de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. © Fournie par Ian Rintoul
© Fournie par Ian Rintoul Des demandeurs d'asile dans le centre de rétention de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
  • AFP, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
Objet de vives critiques des organisations de défense des droits de l'homme, le camp de l'île de Manus avait été ouvert par Canberra en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour détenir et traiter les dossiers de demandeurs d'asile. Le 31 octobre, il a été officiellement fermé, ayant été jugé anticonstitutionnel par la Cour suprême locale. Mais environ 600 hommes s'y sont barricadés, alors même que l'eau et l'électricité ont été coupés.

Refus de «quitter une prison pour une autre prison»​

Les migrants ont été priés de se rendre dans trois centres de «transition», et plus d'une centaine ont accepté cette solution. Mais la grande majorité disent craindre pour leur sécurité en raison de l'hostilité de certains habitants. Détenus à Manus depuis plus de quatre ans, la plupart disent surtout qu'ils refusent de «quitter une prison pour une autre prison».

«Ils ont déjà démoli nos abris»

Le réfugié iranien Behrouz Boochani, un «porte-parole» des demandeurs d'asile, a affirmé que les services de l'Immigration de Papouasie avaient comblé des puits et percé des réservoirs dans lesquels les réfugiés collectaient l'eau de pluie. «L'Immigration perce des trous dans les réservoirs où nous récupérions l'eau de pluie. Ils ont déjà démoli nos abris», a-t-il écrit lundi dans un tweet.
«Trois voitures d'escadrons mobiles de la police, six bus de l'Immigration et deux camions sont devant le portail de la prison», a encore relaté ce journaliste kurde. «Les réfugiés sont très inquiets. Ils pourraient attaquer n'importe quand.»

24 heures pour partir

Les réfugiés demandent à pouvoir s'installer dans un pays tiers. Dimanche, le ministre papouasien de l'Immigration Petrus Thomas leur avait donné 24 heures, sans dire toutefois si ses services utiliseraient la force une fois cet ultimatum expiré. «Je m'attends à ce que le reste des résidents du [camp] désaffecté aillent dans la nouvelle installation lundi, afin que leurs besoins de base, comme la nourriture, l'eau, les soins médicaux, la sécurité soient satisfaits», a-t-il dit. L'Australie comme la Papouasie affirment que les trois centres de «transition» répondent à tous les besoins. Mais Behrouz Boochani a affirmé dimanche que les réfugiés qui y avaient emménagé se plaignaient des conditions de détention.

Une proposition de la Nouvelle-Zélande

Canberra mène une politique extrêmement dure vis-à-vis des migrants qui tentent de gagner ses côtes, en les reléguant sur Manus ou dans le micro-État insulaire de Nauru. L'Australie n'accepte aucun boat-people sur son sol, même ceux qui remplissent les critères du droit d'asile. La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a proposé d'accueillir 150 réfugiés. Une offre qui a été rejetée par son homologue australien Malcolm Turnbull.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play