publicité

Porte-conteneurs échoué : la double peine des professionnels

Alors que le Kea Trader est peu à peu délesté de ses conteneurs, et qu’ils sont ramenés à Nouméa, une double peine attend certains professionnels en attente de leur marchandise bloquée depuis le 12 juillet. S'ils ne sont pas assurés, ils pourraient payer 70 % de sa valeur. 

© FANC
© FANC
  • Françoise Tromeur (S.R)
  • Publié le , mis à jour le
A ce jour, 42 conteneurs ont été extraits du Kea Trader au moyen de ses grues et transbordés vers Nouméa. Le haut-commissariat l'indique dans l’un de ses points réguliers sur la situation, celui de ce vendredi soir. Mais récupérer sa marchandise ne va pas de soi, pour les commerçants dont les caisses étaient à bord du porte-conteneurs. Au titre du droit maritime international, les sauveteurs se garantissent sur cette marchandise transportée. C’est ce qu'explique notamment Guy-Olivier Cuénot, gérant des cafés Lavazza, dans ce reportage de Thérèse Waïa et de Claude Lindor. 
KEA TRADER BARGE CONTAINER COMMERCANTS

 

Transbordement interrompu

A noter que l’équipage du porte-conteneurs va interrompre pour un temps les opérations de transbordement. «En raison des conditions météorologiques qui se dégradent en fin de semaine [et] en début de semaine prochaine», signale le communiqué du haussariat. «Ces dernières reprendront dès que les conditions en mer seront à nouveau favorables et s’intensifieront avec l’arrivée de l’hélicoptère Sikorsky Skycrane, prévue au cours de la semaine prochaine.» Pour faciliter ces manœuvres, on attend sur zone deux navires de charge, Clipper New York et Industrial Hedlands.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play