publicité
Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

2017 : une année de relance pour KNS

  • Malia Noukouan (CM)
  • Publié le , mis à jour le

Après une année 2016 difficile, marquée par un plan de licenciement et une baisse drastique de ses coûts, Koniambo Nickel SAS est aujourd’hui mieux positionnée et se dit confiante en l’avenir de l’usine. Objectif : augmenter sa production et relancer son four n°2. 

© NC1ere/Nicolas Fasquel
© NC1ere/Nicolas Fasquel
20 600 tonnes de nickel coulé, c’est l’objectif que s’est fixé KNS pour cette année 2017.
Avec un niveau de production de presque 15 000 tonnes l’an dernier, l’industriel veut améliorer ses performances.
Pour être rentable, il faudrait atteindre un coût de production de 4 dollars la livre.

Ce qui permettrait à l’entreprise d’être plus compétitive, selon Marc Boissonneault, le PDG de KNS

Marc Boissonneault, le PDG de KNS. © NC1ere/Nicolas Fasquel
© NC1ere/Nicolas Fasquel Marc Boissonneault, le PDG de KNS.

Cet objectif pourrait être atteint avec le lancement de la 2ème ligne de production. Le feu vert a été donné par les actionnaires, après les efforts fournis l’an dernier, en matière de réduction des coûts notamment.
Le four n°2 est donc actuellement en cours de démantèlement et devrait être reconstruit courant juin, pour une première coulée prévue en décembre de cette année. Coût de l’investissement : plus de 63 millions CFP.

Alcide Ponga, le directeur des Affaires Externes chez KNS


 KNS vise d’abord une production de 40 000 tonnes en 2018. Pour anticiper cette montée en production, l’entreprise va recruter du personnel : une cinquantaine d’opérateurs miniers en 2017, le double en 2018.

Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play